/news/politics

Pas question de «bulldozer» l’île d’Orléans, assure Bonnardel

Marc-André Gagnon | Journal de Québec

Simon Clark/Agence QMI

François Bonnardel écarte la possibilité de devancer le remplacement du pont actuel à 2024, tel qu’annoncé en 2015, et assure qu’il n’est pas question de «bulldozer» l’île d’Orléans avec le troisième lien.  

Lors d’une assemblée de la MRC de L’Île-d’Orléans, mercredi soir, une quarantaine de citoyens ont demandé, mais en vain, aux élus municipaux d’imiter ceux de Saint-Laurent-de-l’Île-d’Orléans, qui ont adopté lundi une résolution contre un troisième lien qui traverserait l’île.  

«Il faut rassurer les gens», a réagi le ministre des Transports à l’entrée du caucus du gouvernement, ce matin.  

«On ne va pas “bulldozer” l’île d’Orléans», a répété M. Bonnardel.  

«J’ai toujours dit que j’allais avoir une sensibilité pour l’île d’Orléans, pour les gens de l’île, pour le côté patrimonial et culturel de l’île, a-t-il continué. [...] On va prendre la meilleure décision possible, au bénéfice des gens de l’île et des gens de Québec.»  

Le ministre doit annoncer dans les prochains jours quelle solution a été retenue pour la réalisation de cet engagement phare de la CAQ.  

C’est d’ailleurs faute d’avoir ces informations en main que les élus de la MRC ont refusé de se prononcer comme réclamé par les citoyens présents, mercredi soir.  

«Impossible» de livrer le pont en 2024

Ces derniers ont toutefois réclamé unanimement au gouvernement de remplacer l'actuel pont de l’Île-d’Orléans en 2024, tel qu’annoncé en 2015, plutôt qu’en 2027, comme prévu dans l’échéancier révisé l’an dernier.  

«C’est impossible de respecter l’échéancier initialement prévu», a répondu le ministre Bonnardel, blâmant une fois de plus les libéraux qui, sous le gouvernement précédent, savaient depuis février 2018 que le pont serait livré en retard.  

«Malheureusement, les libéraux de l’époque, avant l’élection, n’ont pas dit la vérité», a déploré M. Bonnardel.  

Le ministre des Transports a aussi nié que la décision de confier le dossier du remplacement du pont de l’île au bureau de projet sur le troisième lien puisse avoir un impact sur l’échéancier.