/finance/realestate

Ventes en forte hausse en banlieue de Montréal en mai

Agence QMI

Living expensive homes in Canada.

Adobe Stock

Les ventes résidentielles ont augmenté pour un 51e mois de suite en mai dans la région de Montréal, propulsées par une forte activité en banlieue.

Le nombre de transactions a grimpé de 6 % par rapport au même mois l’an dernier, selon la base de données Centris de l'Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ).

C’est la banlieue qui a dopé le marché, puisque les ventes ont bondi de 15 % sur la couronne nord, de 15 % à Laval, de 10 % sur la Rive-Sud et de 17 % à Saint-Jean-sur-Richelieu. Elles ont toutefois reculé sur l’île de Montréal (-1 %) et à Vaudreuil-Soulanges (-12%) par rapport à mai 2018.

Les propriétés à vendre sont plus rares puisqu’il y en avait 18 % de moins sur le marché en mai dernier qu’un an auparavant.

«Les propriétés trouvent preneur de plus en plus rapidement dans la région montréalaise, alors que le délai de vente moyen, toutes catégories de propriétés confondues, était de 69 jours en mai, soit 14 jours de moins qu'il y a un an, a affirmé Nathalie Bégin, présidente du conseil d'administration de l'APCIQ, par communiqué. Ce sont les unifamiliales et les plex qui se vendent le plus rapidement, avec des délais respectifs de 63 jours et 71 jours, tandis que les copropriétés mettent 77 jours.»

Les prix médians poursuivent aussi leur ascension, puisque celui des unifamiliales a atteint 340 000 $ (+ 5 % par rapport à mai 2018), contre 261 000 $ (+2 %) pour les condos et 550 000 $ (+6 %) pour les plex.