/regional/sherbrooke/estrie

Des familles en logements sociaux s’offrent une nouvelle cour

Alexis Tremblay | TVA Nouvelles

La journée était bien remplie sur la rue Lawford, à Sherbrooke, où les familles de 14 logements sociaux étaient rassemblées pour rebâtir leur cour arrière avec l’aide d’intervenants.

Les familles ont travaillé très fort depuis près d’un an sur le projet. Elles ont eu l’idée de revitaliser leur cour arrière pour s’offrir un lieu chaleureux, accueillant et sécuritaire. Au cœur du projet, il y a Hubert Simard. Il a rassemblé les familles et mené les rencontres.

«L’idée, c’était de se bâtir un nouveau milieu de vie. On s’est rencontré, les familles avec les enfants. On a planifié nos travaux, puis on a demandé de l’aide, du financement», raconte M. Simard.

Le projet a pris le nom de «Famili-cour» et le groupe citoyen a fait une demande au programme d’initiative de développement durable, d’entraide et de mobilisation du regroupement des offices d’habitation du Québec.

«Depuis le début, j’accompagne les familles dans leurs démarches, dans leur projet. Je n’impose rien, je les aide à faire avancer leurs idées. On a réussi à ramasser 9 000 $. C’est ça notre budget.», explique Alexandre Lévesque, intervenant social à l’Office municipal d’habitation.

«C’est vraiment une journée spéciale»

Dans la région, l’Office municipal d’habitation aide plus de 3000 personnes à faible revenu à se loger dans des habitations à loyer modique. Le volet «logement» est prioritaire, mais pour l’Office, le volet communautaire est tout aussi important.

«C’est vraiment une journée spéciale. On dit souvent que l’Office, ce sont les poignées de porte, mais ce sont aussi les poignées de mains. Aujourd’hui, on voulait être sur le terrain, avec les résidents», mentionne Ani Léveillé, une coordonnatrice du soutien communautaire.

Pour faire avancer le projet, les enfants sont aussi bien présents. Ils participants aux rencontres de planification et aux travaux de peinture. Leur enthousiasme est contagieux.

«Ce qu’il faut vraiment mettre de l’avant, c’est qu’ici, il y a vraiment des leaders positifs. Des leaders rassembleurs. Quand on donne des outils à une communauté, elle peut vraiment avancer, s’accomplir.»