/news/politics

Logements inoccupés détenus par des étrangers: pas de taxe pour le moment, dit Girard

Agence QMI

GEN-CONDOS-CONSTRUCTIONS

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Malgré les inquiétudes de l’opposition libérale, le ministre des Finances Éric Girard ne croit pas que le moment soit venu pour Québec d’imposer une taxe sur les logements inoccupés détenus par des étrangers.

L’ex-ministre des Finances Carlos Leitao avait confié à l’Agence QMI la semaine dernière qu’il craignait une flambée des prix de l’immobilier à Montréal due à l’achat massif de propriétés par des étrangers.

Si le ministre Girard dit suivre de près la situation, il ne croit pas qu’il soit pertinent d’imposer une telle taxe pour l’instant.

«À Montréal, nous avons 94 % d'acheteurs domestiques, 3 % d'acheteurs des autres provinces et 3 % d'acheteurs étrangers. C'est une proportion nettement inférieure à ce qui s'est passé notamment dans la ville de Vancouver et de Toronto», a commenté le ministre au Salon bleu.

«Nous ne voulons surtout pas intervenir et causer une chute du marché alors qu’il est en équilibre», a-t-il ajouté.

Le ministre a également précisé que le phénomène des acheteurs étrangers a été moins marqué au début de l’année 2019 comparativement à la même époque l’an dernier.

«Nous sommes ouverts aux acheteurs étrangers. Nous sommes très heureux que Montréal soit attrayante pour tous les acheteurs», a également signifié le ministre.

Pour le libéral Carlos Leitao, cependant, Québec doit justement agir maintenant avant qu’il ne soit trop tard.

«À mon avis, c'est maintenant le moment d'agir parce que c'est maintenant qu'on commence à remarquer une distorsion dans le marché. Il ne faut pas attendre jusqu'à ce que le tsunami nous arrive pour agir; ce sera trop tard», a-t-il expliqué au Salon bleu.

Dans la même catégorie