/finance/realestate

Plus d’avis de vente pour défaut de paiement de l’impôt foncier au Québec

Agence QMI

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Le nombre d’avis de vente pour défaut de paiement de l’impôt foncier a été le plus élevé des cinq dernières années au Québec en 2018, alors que plus de 9100 propriétés ont été grevées d’un avis de vente, selon une étude de la firme JLR.

Parmi celles-ci, 13,8% ont été vendues aux enchères, un chiffre qui chute à 3,4% pour ce qui est des terrains. Cela signifie que tous les autres propriétaires ont pu, avant le début de la mise aux enchères, payer leurs taxes foncières et/ou scolaires.

Selon un rapport de JLR, une firme d’Equifax, le nombre de propriétés ayant fait l’objet d’un avis de défaut de paiement de l’impôt foncier a augmenté de 15% l’an dernier, par rapport à 2017, alors qu’il avait diminué de 4 % cette année-là.

Ainsi, 0,27% de toutes les propriétés de la Belle Province ont été grevées d’un avis de vente pour défaut de paiement l’an dernier.

«[...] Il semblerait que la situation financière des propriétaires se soit détériorée en 2018. Toutefois, il faut noter qu’il peut y avoir un long délai entre la constatation d’un retard de paiement des taxes et l’envoi d’un avis de vente», a précisé JLR, en ajoutant que «certaines villes peuvent attendre deux ans de taxes impayées avant d’émettre un tel avis de défaut de paiement.

«Les taxes foncières semblent avoir pesé lourd dans le portefeuille des propriétaires en 2018, puisqu’aucune plus grande proportion d’entre eux n’a reçu un avis de vente pour taxes. Au cours de la même période, les préavis d’exercice émis par les créanciers hypothécaires étaient plutôt en baisse. Donc, il ne faudrait pas conclure trop rapidement à une croissance imposante des problèmes financiers des propriétaires», a écrit JLR, en mentionnant qu’elle aura les données de 2019 à l’œil.