/news/tele

«Sucré Salé» fête son 18e anniversaire

Emmanuelle Plante | Journal de Montréal

Dominick Gravel/Agence QMI

Le magazine culturel estival Sucré Salé célèbre ses 18 ans. Dix-huit ans à donner la parole aux artistes dans une atmosphère ludique. Dix-huit ans à occuper un créneau en prime time et à maintenir des cotes d’écoute au-dessus du million. En dix-huit ans, seuls deux animateurs auront pris la barre du rendez-vous : Guy Jodoin, puis Patrice Bélanger. Voici les secrets de sa longévité.

En 2001, les producteurs Bernard Fabi et Jean-Marc Beaudoin ont misé sur la folie de Guy Jodoin pour animer ce rendez-vous quotidien. Treize ans plus tard, Patrice Bélanger en est devenu, avec son style tout aussi dynamique, l’héritier parfait. « On a voulu faire un bulletin d’informations culturelles et rendre ça accessible, se souvient Bernard Fabi. Le concept est rythmé, urbain, il y a de la folie et de la rigueur. Il n’y a aucune prétention, les artistes s’y sentent bien. On capte des instants de vie. Sucré Salé, en ayant une facture variétés sans jamais négliger le contenu, est le parfait lien entre les nouvelles et la programmation de soir. »

Le producteur souligne d’ailleurs qu’aucune transition entre deux animateurs n’aura été aussi smooth. Patrice avait d’ailleurs été reporter un été. « Je me souviens de mon premier topo : une course de bol de toilette avec Dominic et Martin. C’est drôle parce que je travaille à la radio avec Martin Cloutier et il m’avait dit à l’époque qu’il ne serait pas étonné qu’il y ait une suite pour moi. »

Patrice a d’ailleurs immédiatement manifesté son intérêt quand Guy a annoncé son retrait. « Guy a été un mentor pour moi, confirme-t-il. Je pense que ce qui nous caractérise, que le public perçoit et que les invités apprécient, c’est notre authenticité et notre folie. Chacun à notre façon. Guy, c’est le genre de gars qui est pareil quand tu déjeunes avec lui que quand il est devant la caméra. Il y a cinq ans, quand j’ai commencé à animer Sucré Salé, je me suis dit que s’il y avait une chose que je devais poursuivre, c’était de garder cette sincérité-là. »

La confiance des artistes

L’émission s’est d’ailleurs bâti une belle crédibilité tout en conservant son côté léger. « Les artistes qu’on reçoit font partie du succès, estime Patrice Bélanger. Ils nous forcent à réinventer le show chaque année parce que même si on a reçu un invité 10-12 fois, on s’efforce d’être toujours rafraîchissants tout en conservant une profondeur d’entrevue dans un format ludique. En tournage, on prend aussi le temps d’aller plus loin grâce à des entrevues plus longues, de risquer une question pour aller chercher une perle puis de rendre ça dynamique au montage sans jamais rien trafiquer. Ça permet d’aller dans des zones plus délicates tout en demeurant respectueux. »

« Une de mes grandes fiertés est aussi notre possibilité d’être sur le terrain contrairement aux autres émissions de variétés généralement enregistrées en studio. Nous sommes un des rares shows à se déplacer. C’est aussi le travail d’une équipe exceptionnelle. Un véritable marathon. Les reportages sont aussi importants que le plateau et l’effet de gang perdure. C’est sans doute aussi une des raisons de la longévité de l’émission. »

Sucré Salé est diffusée du lundi au vendredi à 18 h 30 et en rediffusion à 22 h 35 à TVA.