/news/society

Plus de lignes d’autobus locales envisagées sur la Rive-Sud

Camille Dauphinais-Pelletier | Agence QMI

 - Agence QMI

Archives/Agence QMI

Les déplacements en voiture augmentent constamment à l'intérieur de l'agglomération de Longueuil, et l’arrivée du Réseau express métropolitain (REM) pourrait permettre l’ajout de lignes de transport en commun locales.

Depuis dix ans, les déplacements motorisés ont augmenté de 10 % dans l’agglomération de Longueuil, et de 30 % dans cette ville et les autres municipalités de la Rive-Sud, affirme Michel Veilleux, directeur général du Réseau de transport de Longueuil (RTL).

Il ajoute que la croissance des voitures dans l’agglomération de Longueuil est presque trois fois plus importante que celle de la population, un phénomène auquel il faut «trouver des solutions durables», souligne-t-il.

«On voudrait que ces déplacements ne soient pas tous faits en auto solo, mais en transport en commun.»

Consultation publique

Le RTL tiendra la semaine prochaine une séance de consultation publique pour mieux saisir les besoins de la population qui vit sur son territoire. L’arrivée du REM, ce train électrique léger qui devrait relier Brossard au centre-ville de Montréal dès 2021, changera la donne pour le RTL, qui devra rabattre ses autobus sur ces nouvelles stations plutôt que de les faire circuler sur le pont Champlain.

«On veut en profiter pour ouvrir le dialogue avec les citoyens pour connaître leurs priorités. Les besoins changent, évoluent, il y a une complexification de la chaîne de déplacements. Les gens veulent arrêter à l’épicerie, à la garderie, à l’école en cours de route, des quartiers rajeunissent, d’autres vieillissent...», a dit M. Veilleux, qui mentionne que malgré des ajustements ponctuels, l’essentiel du réseau a été développé dans les années 1990.

«On veut les écouter. Quelles sont les priorités, et les attentes et les préoccupations des citoyens? Il va falloir faire des choix, mais pour cela, il faut leur donner des options.»

Deux bassins

La route 116, longée par les voies ferrées du CN, crée une frontière entre les deux parties de l’agglomération, mentionne M. Veilleux. Du côté de Longueuil, la plupart des lignes d’autobus sont rabattues à la station de métro, et du côté de Brossard, elles passent sur le pont Champlain.

«Cette frontière vient créer deux bassins, très peu d’autobus passent d’un côté à l’autre», fait-il remarquer.

Selon lui, avec un service efficace, plusieurs personnes seraient prêtes à abandonner la voiture pour le transport en commun. «On l’a réussi avec le corridor sur le pont Champlain : actuellement, 60% des gens de Brossard qui vont au centre-ville de Montréal y vont en transport en commun. Il faut trouver comment, avec les défis qu’on a, on pourrait développer des corridors sur Taschereau et Grande Allée, pour améliorer les déplacements au sein de l’agglomération», dit-il.

Le RTL planifiera son nouveau réseau en 2019 et pendant une partie de l’année 2020, puis se mettra tout de suite en mode exécution, «pour que dès le jour 1 [du REM], ce soit un succès», assure M. Veilleux.

La consultation se déroulera le lundi 17 juin à 19h au Centre socioculturel Alphonse-Lepage. Des porte-parole du RTL, de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), de CDPQ Infra et de la Ville de Brossard seront sur place. Des consultations web seront aussi mises en place pendant l’exercice de refonte du réseau.

Dans la même catégorie