/regional/sherbrooke/estrie

Des audiences du BAPE à Lac-Mégantic six ans après le déraillement

TVA Nouvelles et Journal de Montréal

Près de six ans après la tragédie ferroviaire qui a tué 47 personnes, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a commencé mardi soir à entendre les questions des citoyens sur la construction d’une voie de contournement à Lac-Mégantic.

Malgré le long délai depuis le drame, des dizaines de citoyens assistaient à ces audiences du BAPE, qui ont débuté vers 19 h.

Le projet consiste en la construction d’une nouvelle voie ferrée d’environ 12 km pour remplacer la voie existante.

«Il y a des projets ailleurs qui ont avancé plus rapidement», admet d’emblée la mairesse Julie Morin, présente aux audiences.

Depuis juillet 2013, Mme Morin est la troisième à diriger la municipalité partiellement détruite par le déraillement.

Sept personnes ont inscrit leur nom afin de pouvoir poser leurs questions au groupe d’experts.

Parmi les 44 personnes qui seront expropriées, se trouvait dans la salle un homme – accompagné de son fils –qui n’a pas mâché ses mots en commentant le projet à TVA Nouvelles. «C’est ridicule, car ils brisent tout mon terrain. J’ai 265 emplacements, je suis [en plein] dans la ville. À qui vais-je vendre un terrain?»

Par ailleurs, le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a annoncé aujourd’hui par voie de communiqué que le gouvernement était ouvert à construire la gare de triage dans le parc industriel de Lac-Mégantic, une demande exprimée de longue date par les résidents. M. Garneau a indiqué qu’une firme spécialisée avait été embauchée pour mener une étude à ce sujet.

«Il faut faire une voie de contournement pour améliorer la sécurité et pour permettre aussi le rétablissement de notre population, soutient de son côté la mairesse Julie Morin. Cela dit, de faire une voie de contournement et de continuer de stationner des trains en haut des pentes, ce ne serait pas un projet optimal. S’il y a des coûts, je pense que le gouvernement doit aussi faire de la sécurité sa priorité, comme nous.»

Dix ans après

Actuellement, la construction de la voie de contournement est prévue entre 2020 et 2022.

Le démantèlement de la voie existante devrait se faire l’année suivante, en 2023, soit dix ans après la catastrophe.

Les nombreux citoyens consultés ont promis d’être présents à la séance publique.

«C’est très long, mais je me sens toujours aussi préoccupée par la situation. Ce n’est pas une question d’être désabusée, mais il y a de la fatigue, de la lassitude et aussi une question de santé mentale. On s’est exprimé à maintes reprises. On a envie de passer à autre chose. Moi je me réveille encore toutes les nuits», avoue Geneviève Boulanger, qui a perdu sa maison.

Dans la nuit du 6 juillet 2013, un train de 72 wagons transportant du pétrole brut a déraillé dans le centre-ville de Lac-Mégantic.

Le feu a provoqué des explosions, causant le décès de 47 personnes et détruisant plus de 40 édifices ainsi que 53 véhicules. Six millions de litres de pétrole brut ont également été déversés dans l’environnement.

Loin des résidences

«C’est tellement gros comme projet que ça ne pouvait pas aller rapidement. Il faut que ça passe quelque part, le plus loin possible des résidences. Il y a un goût amer parmi la population. Tous les deuils et les chocs post-traumatiques ne sont pas terminés», ajoute Richard Michaud.

Le projet de 133 M$ serait payé à 60% par le gouvernement fédéral et à 40% par le gouvernement du Québec

«On va dépenser 133 M$ et on ne corrigera pas le facteur de risque principal. Pourquoi stationner les trains et faire du triage en haut de la pente?», s’interroge Robert Bellefleur, de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic.

Le rapport du BAPE sera remis au plus tard le 9 octobre 2019, au ministre de l’Environnement Benoit Charette.

L’audience publique se poursuivra mercredi. La deuxième partie débutera le 16 juillet.

- avec la collaboration de Jean-François Racine