/news/law

Le père de la fillette martyre de Granby demeure détenu

Antoine Lacroix | Journal de Montréal

Le père de la fillette martyre de Granby n’a pas réussi à convaincre un juge de le remettre en liberté, lundi après-midi.

Le juge Serge Champoux devait se baser sur trois critères afin de rendre sa décision, à savoir si l’accusé présentait un risque de récidive ou de nuire à la justice et un risque de ne pas se présenter à la cour ou si la confiance du public envers le système judiciaire serait trop ébranlée si celui-ci était libéré pour la suite des procédures.  

Il n’est toutefois pas possible de rapporter quel critère a fait pencher le magistrat en défaveur de l’accusé.

Jeudi dernier lors de son enquête sur remise en liberté au palais de justice de Granby, l’homme de 30 ans avait pris la parole devant le juge Champoux pour plaider sa remise liberté.

C’est l’air un peu hésitant que le père de la fillette avait tenté de faire valoir différents motifs.

 

Ordonnance de non-publication

Toutefois, tout ce qui s’est dit devant le tribunal à ce moment est frappé d’une ordonnance de non-publication afin de ne pas nuire à l’intégrité d’un éventuel procès. 

Il est aussi impossible d’identifier le père, ainsi que la belle-mère co-accusée dans cette affaire, pour les mêmes raisons. 

Rappelons que la fillette a été trouvée dans un état critique dans la résidence familiale, le 29 avril, avant de succomber à ses blessures le lendemain.

Le père de famille est accusé de séquestration,  d’« abandon d’enfant » et d’« avoir omis de fournir les choses nécessaires à l’existence de [sa fille] » alors qu’elle se trouvait dans le besoin.

La belle-mère est accusée de séquestration et de voies de fait. Son enquête sur remise en liberté devrait se dérouler plus tard ce mois-ci, le 21 juin.