/news/society

L’hôpital Charles-Le Moyne pourrait perdre 2 M$

Héloïse Archambault | Le Journal de Montréal

L’hôpital Charles-Le Moyne risque de perdre près de deux millions $ en 10 ans en raison d’un appel d’offres tellement précis pour louer des bureaux administratifs qu’il semblait faire en sorte qu’un seul soumissionnaire puisse y répondre.

En mai dernier, l’hôpital Charles-Le Moyne a signé un bail de dix ans pour louer des bureaux administratifs où emménageront une cinquantaine d’employés. Le montant annuel payé sera de 841 000 $.

Trois experts consultés par Le Journal estiment que ce montant est trop cher pour le marché. D’après l’un d’eux, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Centre aura payé au moins 1,8 million $ en trop, au bout de 10 ans.

Bien que le CISSS se réservât le droit de négocier le montant du bail dans son appel d’offres, la seule soumission reçue a été acceptée sans négociation.

À ce sujet, la direction a répondu que le montant correspondait « aux estimations de l’établissement réalisées à partir des baux comparables dans le secteur », a écrit la porte-parole, Martine Lesage.

À noter que deux des trois autres baux du CISSS consultés par Le Journal coûtent moins cher.

Moins de deux kilomètres

Le Journal a récemment appris que l’hôpital Charles-Le Moyne avait lancé un appel d’offres tellement précis pour louer des bureaux administratifs qu’il semblait viser un bâtiment déterminé.

Selon le document, les locaux (14 200 pi2) devaient se trouver à moins de 1,2 kilomètre (km) de l’hôpital et détenir 80 espaces de stationnement.

Comme par hasard, la seule soumission reçue provenait du complexe médical Brault, situé en face de l’hôpital, et qui a des locaux vacants. Le contrat a été octroyé en mai dernier.

Or, Le Journal a appris de sources sûres que d’autres bureaux, situés à quelques kilomètres de l’hôpital seulement, avaient été étudiés par la direction.

Mais, au moment de lancer l’appel d’offres en mars dernier, ces bâtisses ne se conformaient pas au petit périmètre de 1,2 km. Selon une source, plusieurs employés à l’interne étaient « mal à l’aise ».

« L’argument selon lequel ça devait être en face de l’hôpital, ça ne tenait pas la route. Aucun directeur ne voulait signer en bas de ça (l’appel d’offres). »

Périmètre autorisé

Peu bavarde, la direction du CISSS ne nie pas que d’autres sites ont été évalués. Or, la porte-parole Martine Lesage répond que « les besoins évalués ont été mis dans l’appel d’offres. »

De son côté, le ministère de la Santé et des Services (MSSS) a confirmé avoir préalablement autorisé le périmètre de l’appel d’offres. La direction de l’hôpital a l’intention de transférer les employés dans les nouveaux locaux en novembre prochain. Le bail devra toutefois être autorisé par le MSSS.