/regional/sherbrooke/estrie

Le triage des wagons en haut de la pente pourrait être éliminé à Lac-Mégantic

Jean-François Racine | Journal de Montréal

Afin d’améliorer la sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic, le projet de la voie de contournement pourrait finalement éliminer les opérations de triage au haut des pentes à Nantes et à Frontenac pour les relocaliser au point le plus bas du tracé, dans le parc industriel.

Cette possibilité a semblé rassurer plusieurs citoyens présents mardi soir à l’ouverture de la première séance du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sur le projet de construction de 133 M$ pour enfin exclure les trains du centre-ville de Lac-Mégantic.

En février dernier, une demande officielle avait été déposée à cet effet au ministre fédéral des Transports, Marc Garneau. Après avoir visité Lac-Mégantic le mois dernier, le ministre a octroyé mardi un contrat pour étudier la faisabilité de la relocalisation des activités ferroviaires dans le parc industriel.

«Irresponsable»

«Ça serait irresponsable de laisser les deux gares de triage à la même place qui a provoqué l’accident», a lancé Emery Bélanger sous les applaudissements aussitôt réprimés par le président Joseph Zayed.

«Il ne faudrait pas refaire la même erreur. Ce qui a coûté la vie à 47 personnes, c’est la pente», a aussi affirmé Richard Poirier.

Le président a expliqué qu’il avait toute la liberté de faire des recommandations sur un volet qui n’est pas dans le tracé retenu.

Une gare dans un parc industriel n’a pas d’aspect environnemental lié au BAPE. Toutefois, le président a expliqué qu’il avait toute la liberté de faire des recommandations sur ce volet, qui n’est pas non plus dans le tracé retenu.

«La cour de triage ne fait pas partie du projet, mais c’est clair que la commission a le devoir de rendre compte au ministre des préoccupations et des enjeux associés à ce dossier. J’ai déjà présidé des commissions d’enquête où la recommandation était de dire de refuser le projet», a expliqué M. Zayed qui étudiera avec sérieux cette hypothèse qui chasse certaines inquiétudes.

Avec le tracé retenu, le stationnement et le triage des wagons vont effectivement demeurer un problème majeur selon des citoyens.

«Mêmes facteurs de risques»

«On se retrouve avec les mêmes facteurs de risques que lors de la tragédie de 2013, à ma compréhension», a répété au micro Robert Bellefleur, de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic.

Au terme de cette soirée d’une durée de plus de quatre heures, la mairesse de Lac-Mégantic était satisfaite des progrès réalisés.

«Ce qui va nous réjouir vraiment, c’est quand on va confirmer que la gare de triage sera dans le parc industriel. On a hâte à une annonce concrète», a mentionné Julie Morin, également heureuse des propos du président sur cet enjeu.

Depuis la tragédie du 6 juillet 2013, les voies de triage et de stockage du centre-ville n’ont pas été reconstruites, forçant ainsi les opérations de triage aux voies d’évitement de Frontenac et de Nantes.

Par ailleurs, le nouveau tracé à l’étude par le BAPE offre une pente plus faible. Huit résidences se trouvent à moins de 100 mètres, contre 265 actuellement. La nouvelle voie comporte aussi cinq passages à niveau publics, contre 12 actuellement

Dans la même catégorie