/news/politics

L’OIF n’achètera pas l’appartement aménagé à grands frais pour Michaëlle Jean

Alexandre Robillard | Bureau d'enquête

PHOTO SIMON CLARK

Dans une situation financière floue, l’Organisation internationale de la francophonie renonce à acheter l’appartement de fonction aménagé au coût d’un demi-million de dollars pour Michaëlle Jean, a déclaré mardi la nouvelle secrétaire générale Louise Mushikiwabo.

Mme Mushikiwabo a affirmé que cette décision a été prise alors que le dernier exercice budgétaire de l’OIF s’est soldé, pour une deuxième année consécutive, par un déficit.

«C’était important en tant que nouvelle administration de bien comprendre nos finances d’abord, nos priorités», a-t-elle dit dans une rencontre avec la presse.

Commentant la gestion des dernières années et la situation financière de l’OIF, Mme Mushikiwabo a déclaré qu’elle s’affaire à établir «un tableau de bord qui est clair».

«Au-delà des appartements, il y a eu des erreurs, ça a été couvert assez longtemps», a-t-elle dit.

Catherine Cano, l’administratrice de l’OIF, a confirmé qu’il a fallu puiser dans le fond de réserve pour équilibrer le dernier exercice de l’administration précédente, qui s’est conclue par un déficit dont l’ampleur n’a pas été révélée.

Les résultats budgétaires de l’année dernière seront connus en juillet, a indiqué la numéro deux de l’OIF.

«Ce n’est pas un déficit budgétaire mais comptable qui a nécessité d’aller dans les fonds de réserve», a-t-elle dit.

Appartement

Au cours des deux dernières années, l’OIF a été dans la tourmente en raison de la gestion controversée de sa précédente secrétaire générale, Michaëlle Jean, dont le mandat n’a pas été renouvelé en octobre.

Les gouvernements du Canada et du Québec ont réclamé plus de transparence à Mme Jean après la publication par notre Bureau d’enquête de plusieurs reportages sur sa gestion des fonds publics, notamment pour l’aménagement de son appartement loué pour elle à Paris.

Mme Jean s’était notamment plainte des problèmes de plomberie qui l’avaient privé d’eau chaude. Au début de l’année 2019, une commission de l’OIF s’était montrée favorable à l’acquisition de l’appartement au coût de 6 millions $.

De passage à Québec, mardi, Mme Mushikiwabo a annoncé que l’OIF fera marche arrière et n’achètera pas l’appartement occupé jusqu’en janvier par Mme Jean.

«Pour l’achat, le projet n’ira pas de l’avant», a-t-elle dit.

Moins cher

Mme Mushikiwabo n’écarte pas la possibilité de faire l’acquisition d’un autre appartement, mais plus modeste et plus petit que celui qui était envisagé.

«Je veux qu’on soit sûr de nos finances. Pour l’instant on va aller vers la location. On veut un peu moins cher.»

Actuellement, Mme Mushikiwabo n’a pas encore de résidence officielle et n’habite pas dans l’appartement qui était occupé par Mme Jean.

Le bail de cet appartement situé sur la rue Bosquet, qui appartient au gouvernement du Canada, arrive à échéance en à la fin du mois.

«Pas d’acquisition à Bosquet, et pas d’acquisition même si le principe a été autorisé. On veut faire tous les audits, on veut comprendre où on va avec les aspects financiers de l’organisation.»

Dans la même catégorie