/news/society

Récompensée pour son implication auprès des intervenants d’urgence

TVA Nouvelles

«On a souvent tendance à penser que puisque les intervenants d’urgence  sont formés, ils deviennent détachés lors de situation traumatisante», explique Julie Nadeau.

Honorée lundi par l'Association québécoise de prévention du suicide, cette travailleuse sociale aide au quotidien des policiers, ambulanciers et militaires aux prises avec des troubles de stress post-traumatiques.

Intervenante depuis plus de 22 ans, celle qui vient de recevoir le prix méritas Réjean-Marier travaille d’arrache-pied pour mettre en place des programmes d’aide dans les différents corps de métier d’urgence.  

En entrevue dans l’émission Le Québec matin, elle a rappelé les difficultés auxquelles ces travailleurs font face. «La demande d’aide est super difficile parce que, socialement, on leur demande d’être des superhéros, mais on leur dit aussi de demander de l’aide lorsque ça ne va pas. Il s’agit de deux messages paradoxaux», explique-t-elle.

Briser les tabous

Au cours de sa carrière, un intervenant d’urgence sera exposé à près de 700 situations traumatiques, soit 230% fois plus qu’une personne normale.

Même si Mme Nadeau admet que les mentalités ont changé dans les dernières années, elle rappelle que tout n’est pas gagné.

«Les tabous commencent à tomber, mais je ne crierai pas victoire tout de suite. Il y a encore beaucoup de travail à faire», affirme-t-elle.

Besoin d'aide? Composez le 1 866-APPELLE.

 

 

 

 

 

Dans la même catégorie