/news/politics

Odeur nauséabonde de fric à Ottawa

Guillaume St-Pierre | Le Journal de Montréal

S’il est vrai qu’argent et politique ne font jamais bon ménage, une odeur nauséabonde émane d’Ottawa.

Le Bloc québécois nous apprend cette semaine que le Parti libéral du Canada profite grassement de la générosité de donateurs aisés à la recherche d’influence.

Des centaines de grands patrons, lobbyistes et groupes d’intérêt ont versé à sa caisse plus de 1,5 million $ de 2015 à 2019.

Le parti souverainiste a lancé cette semaine un site web dans lequel il a colligé son information.

On y découvre une proximité troublante entre l’argent et le parti au pouvoir.

Les patrons et lobbyistes de près de 20 industries se bousculent pour contribuer à la caisse du PLC. Des industries comme l’armement, le cannabis, les géants du web, le pétrole, les banques, les cabinets d’avocats et comptables figurent dans la liste dressée par le Bloc québécois.

Les plus grandes multinationales canadiennes et québécoises en font partie. Tout comme de puissantes familles comme les Desmarais et les Irving.

Une loi laxiste

Les entreprises n’ont plus le droit de financer les partis politiques fédéraux depuis 2004. Mais un plafond trop généreux de 3200 $ en dons par année leur permet de contourner la loi, selon le Bloc.

Il est effectivement temps d’abaisser ce plafond. Monsieur et madame Tout-le-monde n’ont pas les moyens de donner plus de 3000 $ par année à un parti. Une limite aussi élevée ne peut que servir les intérêts des plus puissants.

« Quand il y a cinq, six, sept ou huit personnes de la même entreprise qui financent le parti, j’ai de la misère à croire à un hasard », soutient le député Xavier Barsalou-Duval.

Lorsqu’une entreprise, à travers ses dirigeants et lobbyistes, donne des dizaines de milliers $ en contributions, il peut être tentant pour les élus de renvoyer l’ascenseur.

Ottawa n’a pas besoin d’aller bien loin pour s’inspirer d’un modèle de financement plus juste. Le Québec a resserré de façon importante le financement des partis à la suite de la Commission Charbonneau.

Les dons ont été limités à 100 $ par année, 200 $ en année électorale. Compte tenu de la taille du Canada, le fédéral pourrait choisir d’établir un plafond un peu plus élevé.

La Commission Charbonneau avait permis de mettre en lumière les pratiques douteuses, voire illégales, de contributions politiques, notamment par des prête-noms.

Le modèle de financement des partis en vigueur actuellement au fédéral ouvre la porte à ce genre d’abus.

Donateurs

Opacité

Il n’y a rien d’illégal dans ce que le Bloc québécois a découvert. Tous les partis comptent sur la générosité des élites économiques pour se financer. Il y a fort à parier que plusieurs des noms qui apparaissent dans la toile du réseau libéral sont aussi généreux envers d’autres formations politiques fédérales.

Le Bloc a mis six mois pour lever le voile sur une partie des finances du PLC. Six mois ! Un vrai travail de moine.

Le parti a basé ses recherches sur des données publiques, qui sont malheureusement un véritable fouillis. Ottawa devrait éliminer ces embûches qui contribuent à l’opacité du financement des partis.

Ces derniers ont besoin d’argent pour payer leurs employés, faire du recrutement, élaborer des politiques.

Les partis politiques utilisent aussi leur trésor de guerre pour des causes beaucoup moins nobles, comme pour démoniser leurs adversaires à coup de pubs négatives et alimenter leur propagande.

Pendant ce temps, les journalistes dont le travail est de démêler le vrai du faux sont de moins en moins nombreux.

Le pouvoir de l’argent en politique contribue sans doute à alimenter le populisme. On le voit aux États-Unis, où les partis profitent de ressources financières quasi illimitées.

Nous avons tout intérêt, ici, à limiter le pouvoir de l’argent pour protéger nos institutions démocratiques.

Donateurs aux poches profondes

Voici la liste des industries dont les dirigeants, cadres et lobbyistes ont été les plus généreux avec le PLC. On retrouve entre parenthèses des exemples d’organisations faisant partie de ces industries.

Think tank 164 000 $ (L’idée fédérale, C.D. Howe Institute, Institut Fraser)

Cabinets d’avocats 159 000 $ (Miller Thomson, Fasken Martineau Dumoulin)

Médias et télécommunications 152 000 $ (Bell, Telus, La Presse, Rogers)

Grandes entreprises 124 000 $ (Canadien National, Maple Leaf, Loblaws)

Associations religieuses 119 000 $

Pétrolières 117 000 $ (Enbridge, Suncor, Esso)

Hauts fonctionnaires fédéraux 181 000 $ (Revenu Canada, Affaires mondiales, Justice Canada)

Groupes d’intérêt 100 000 $ (Chambre de commerce du Canada, Association canadienne pour l’OTAN)

Géants du web 89 000 $ (Google, Uber, Facebook, Netflix)

Québec inc. 83 000 $ (Bombardier, Power Corporation, Molson Coors)

Armement 75 000 $

Firmes de lobby 72 000 $

Banques 70 000 $

Cabinets comptables 69 000 $

Minières 69 000 $

Assurances 66 000 $

Cannabis 50 000 $

Institutions publiques 48 000 $

Haute finance 33 000 $

– Avec la collaboration de Sarah Daoust-Braun


Note méthodologique : Un petit nombre de donateurs peuvent se retrouver dans plus d’une catégorie.


Source : www.financementliberal.com