/news/politics

Remplacement de Phénix: trois fournisseurs se qualifient pour des projets pilotes

Émilie Bergeron

 - Agence QMI

POL-PARLEMENT-OTTAWA

MATTHEW USHERWOOD/AGENCE QMI

Le gouvernement fédéral a franchi une nouvelle étape, mercredi, dans le remplacement du défaillant système de paie Phénix, en annonçant les trois fournisseurs retenus pour des projets pilotes.

Les firmes Ceridian, SAP et Worday ont été sélectionnées, a annoncé la présidente du Conseil du Trésor, Joyce Murray.

«Notre fonction publique mérite mieux», a-t-elle déclaré en soutenant que la journée de mercredi marque un tournant important dans les démarches pour remplacer Phénix.

Les trois entreprises choisies ont passé au travers de trois étapes de sélection depuis l’automne 2018 et participeront à des projets pilotes. Au départ, sept compagnies étaient dans la course. IBM, qui est derrière le système Phénix, n’était pas du lot.

Les représentants du fédéral présents lors de l’annonce, mercredi, n’étaient pas en mesure d’indiquer à quelle date ils anticipent que la solution de rechange finale à Phénix sera complètement implantée.

Le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Steven MacKinnon, a fait valoir que le fédéral ne veut pas se risquer à fixer un échéancier qui précipiterait selon lui l’adoption d’un système pouvant par la suite s’avérer défaillant.

On sait toutefois que les projets pilotes avec les trois fournisseurs seront lancés d’ici la fin de l’année.

La présidente de l’Institut professionnel de la fonction publique, Debi Daviau, s’est réjouie de l’étape annoncée mercredi.

«Aujourd’hui, je peux regarder les membres [de mon syndicat] dans les yeux et leur dire qu’il y a de la lumière au bout du tunnel», a-t-elle dit.

Dans un rapport publié en mai, le directeur parlementaire du budget évaluait qu’il en coûterait 57 millions $ pour mettre en place un nouveau système de paie visant à remplacer Phénix.

Le fédéral devra toutefois d'abord débourser 2,6 milliards $ sur cinq ans pour, dans un premier temps, stabiliser le système actuel.

Dans la même catégorie