/news/politics

Steven Guilbeault défend le bilan environnemental des libéraux

Nicholas De Rosa | Agence QMI

 - Agence QMI

Archives/Agence QMI

Malgré son opposition au projet d’expansion de l’oléoduc Trans Mountain voulu par le gouvernement de Justin Trudeau, l’écologiste et cofondateur d’Équiterre, Steven Guilbeault, défend le bilan environnemental du Parti libéral du Canada.

L’environnementaliste dit aussi réfléchir de se présenter sous la bannière libérale aux élections d’automne.

 

«Si on parle de chiffres, c’est le gouvernement fédéral qui a investi le plus dans les changements climatiques», a soutenu M. Guilbeault en entrevue à l’émission «Dutrizac de 6 à 9» sur QUB radio, mercredi matin.

Il a notamment salué la décision de mettre fin à la production d’électricité au charbon d’ici 2030 et les dizaines de milliards de dollars investis dans le transport en commun et les infrastructures vertes.

Plastique à usage unique

L’écologiste était d’ailleurs aux côtés du premier ministre Trudeau lorsqu’il annonçait lundi l’interdiction des plastiques à usage unique au Canada d’ici 2021. C’est une nouvelle qu’il a accueillie positivement même si la mesure n’est pas implantée avec plus d’empressement.

«C’est difficile en politique publique de dire qu’on fait ça dans les six prochains mois parce qu’il y a des emplois en jeu et les entreprises devront investir pour changer de fournisseur ou de procédé,», a-t-il expliqué, citant en exemple les cafétérias qui se servent uniquement de vaisselle jetable.

Questionné par l’animateur Benoît Dutrizac au sujet du bafouillage de Justin Trudeau lors de la conférence de presse, Steven Guilbault a avoué qu’il était difficile de défendre le premier ministre. Celui-ci avait alors eu de la difficulté à dire ce qu’il avait fait pour réduire sa propre consommation de plastique, peinant à expliquer que sa famille consommait maintenant des bouteilles d’eau en carton.

«Il a effectivement eu de la misère à répondre à cette question-là. Je ne peux pas répondre pour lui, mais [...] il aurait pu dire : "chez nous on prend l’eau du robinet"», a commenté l’environnementaliste.

Candidature possible

Depuis sa démission à la tête de l’organisme Équiterre en octobre dernier, tout porte à croire que Steven Guilbeault fera le saut en politique et devenir candidat pour le Parti libéral du Canada.

«J’y pense», s’est contenté de dire M. Guilbeault, tout en fermant la porte à une potentielle candidature au sein du Parti vert. Il a confié à l’animateur Benoît Dutrizac qu’il lui reviendrait sur le sujet «dans quelques semaines».

Dans la même catégorie