/news/world

Des bouteilles de fort mortel en cause?

Jonathan Tremblay | Journal de Montréal

Les autorités resserraient leur enquête autour de l’alcool, dénominateur commun de plusieurs mystérieux décès récemment survenus dans des tout-inclus, en République dominicaine.

Depuis le 30 mai, date à laquelle trois décès suspects ont été confirmés en cinq jours au Bahia Principe de La Romana, de nombreux témoignages ont fait surface dans les médias.

Au total à ce jour, le quotidien New York Post a répertorié sept Américains ayant perdu la vie d’étrange manière dans des complexes hôteliers, en une année.

La plupart d’entre eux sont décédés dans des circonstances semblables, soit après avoir consommé de l’alcool dans le minibar de leur chambre, rapporte le média new-yorkais.

Les enquêteurs du Federal Bureau of Investigation (FBI) tentent donc de savoir si du méthanol aurait été utilisé pour remplacer l’alcool haut de gamme que devraient contenir les bouteilles.

La police n’a pas précisé si un type d’alcool était visé.

Cette vague de mortalité fait ressurgir d’étranges souvenirs chez plusieurs Québécois, dont Daniel Désilets, 55 ans, de Sainte-Julie. Il a séjourné à La Romana, du 31 janvier au 6 février.

«Deux personnes sont mortes pendant mon séjour, confie-t-il au Journal. J’ai trouvé ça bizarre. Mais des personnes âgées, c’est possible. Sauf que là...»

Peu de temps après son arrivée, une sexagénaire aurait été trouvée en matinée gisant sur le bord d’une piscine. Deux jours plus tard, un aîné se serait effondré à quelques pieds de lui, alors qu’il jouait au volleyball, raconte-t-il.

Vidéos choquantes

Une autre voyageuse de Laval, Catherine Messier, 39 ans, soulève que des vidéos choquantes circulent sur internet. Dans celles-ci, on y voit des habitants remplir des bouteilles d’eau à même le robinet afin de les vendre. Un «fléau», qui selon elle, serait très connu dans ce pays des Caraïbes.

«J’ai failli en mourir en 2017», alerte Mme Messier.

D’autres Québécois nous ont récemment rapporté avoir été violemment malades en République dominicaine, au cours des dernières années.