/news/world

Le Canada restera au Mali jusqu'à fin août

Agence France-Presse 

Le Canada maintiendra sa présence au Mali jusqu'à la fin du mois d'août, soit un mois plus tard que prévu, dans le cadre de la mission de paix des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), a annoncé vendredi le gouvernement fédéral.

L'armée canadienne commencera son «retrait graduel» du Mali à la fin du mois de juillet, et continuera à effectuer des «tâches d'évacuation médicale» jusqu'à fin août, précise un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Ce délai supplémentaire permettra aux militaires déployés sur place d'effectuer un «processus de transition sans heurts et efficace entre les rotations canadienne et roumaine», selon le communiqué.

La mission canadienne, déployée à Gao depuis juillet 2018 dans le cadre de la Minusma, devait s'achever fin juillet 2019.

La Roumanie s'était engagée fin janvier à remplacer le Canada au terme prévu de sa mission au Mali. Le ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan, avait à cette occasion réaffirmé que les troupes canadiennes quitteraient le Mali comme prévu fin juillet.

«Nous remercions le Canada pour la poursuite de son soutien à l'aviation militaire au sein de la Minusma jusqu'à la fin du mois d'août», a écrit la mission onusienne sur son compte Twitter.

«Cette capacité contribuera à faciliter la transition de la force aérienne roumaine jusqu'à ce qu'elle atteigne sa pleine capacité opérationnelle», a-t-elle ajouté.

La force canadienne comprend un contingent de quelque 250 militaires et huit hélicoptères: trois appareils Chinook (deux en service et un de rechange) qui servent aux évacuations médicales et au transport, ainsi que cinq Griffon (quatre en service et un de rechange) qui servent d'escorte armée et sont utilisés à des tâches défensives.

Déployée en 2013, après que le nord du Mali est tombé sous la coupe de jihadistes liés à Al-Qaïda, la Minusma compte plus de 15 000 militaires et policiers.

Elle est la plus coûteuse en vies humaines de toutes les opérations de maintien de la paix de l'ONU en cours, avec 195 morts, dont plus d'une centaine dans des actes hostiles, soit plus de la moitié des Casques bleus tués dans le monde depuis cinq ans.