/regional/estduquebec/cotenord

Carcasse de béluga retrouvée sur une plage de Sept-Îles

Alexandre Cantin | TVA Nouvelles

La carcasse d’un béluga a été retrouvée sur une plage de Sept-Îles en fin de semaine. Il est plutôt rare d’observer ces animaux dans cette partie de la Côte-Nord. Les restes de l’animal seront examinés par le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins.

La présence de cette carcasse de béluga d’environ trois mètres a été signalée dimanche matin.

Il s’agit de la 6e découverte du genre au Québec depuis le début de l’année. Entre 15 en 20 bélugas sont retrouvés mort annuellement.

Ce qui est particulier dans ce cas-ci, c’est que l’animal s’est échoué loin de son milieu de vie normal.

«C’est relativement peu fréquent qu’on en retrouve aussi loin sur la Côte-Nord. C’est un incident intéressant. Qu’est-ce qu’on pourra en apprendre? Ça reste à voir», indique Robert Michaud, président du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins.

Les premières informations recueillies par une collaboratrice de l'organisme n’ont pas révélé de cicatrices ou de blessures. Les bélugas sont rarement impliqués dans des collisions avec des navires ou des empêtrements dans des engins de pêche.

Aucun indice n’a été noté permettant de déterminer la cause du décès du béluga qui serait survenu il y a au moins une semaine. Compte tenu de l’état de décomposition de la carcasse, il ne sera pas possible de réaliser de nécropsie.

«Il n’y plus aucun organe dans l’animal. Peu d’informations pourront être tirées de l’examen de cette carcasse», poursuit M. Michaud.

Toutefois, des prélèvements de peau, de mâchoire et de dents seront faits. Les scientifiques pourront en tirer de l’ADN. Ils tenteront aussi d’identifier l’individu qui a pu être suivi de son vivant au cours des dernières années.

La population de bélugas, en baisse depuis les années 90, est d’environ 900 dans le Saint-Laurent. Il s’agit d’une espèce en voie de disparition. De nombreuses mesures ont été mises en place pour le protéger.

La semaine dernière, le gouvernement fédéral a annoncé que 44% de la superficie du parc marin Saguenay St-Laurent est désormais exempte d’excursion aux baleines.

De plus, depuis l’an dernier, un règlement de Pêches et Océans Canada étend à l’ensemble du St-Laurent la distance minimale de 400 mètres à conserver entre un béluga et un bateau.

Des recherches scientifiques sont en cours pour déterminer les impacts des contaminants sur les bélugas, particulièrement les femelles et les nouveau-nés.

Tout cela pour mettre à jour les connaissances et rétablir la population de bélugas ou à tout le moins, ralentir son déclin.