/news/currentevents

Une tragique fête des Pères

Arnaud Koenig-Soutière | Journal de Québec

Un événement de la fête des Pères s’est dénoué de façon tragique, dimanche, quand l’avion dans lequel prenaient place deux cousins dans la vingtaine s’est écrasé à Saint-Jean-Port-Joli, dans Chaudière-Appalaches.

La journée de la fête des Pères organisée par l’aéroport local offrait différentes activités pour les amateurs d’avion de tous âges.

L’une des attractions était un tour d’avion acrobatique offert par Sébastien Robichaud et son petit appareil Pitts Special.

«L’avion passait aller-retour au-dessus de nous en faisant des tourniquets dans les airs. Tellement que j’en ai eu peur au début, je me demandais s’il n’allait pas nous tomber sur la tête!» raconte Jeanne Hébert, qui se trouvait dans le village voisin.

Or, la journée d’acrobaties s’est terminée sans anicroche pour l’aviateur expérimenté, qui opère habituellement pour le transporteur Nolinor et qui enseigne le pilotage.

L’aéronef biplace devait prendre le ciel de la région de L’Islet pour une dernière envolée de la journée à destination de la région de Montréal pour retourner à sa base de L’Île-Perrot.

Le capitaine Robichaud a alors embarqué avec son jeune cousin Vincent pour rentrer à la maison.

Dès le décollage

Le dernier tour de la journée aura toutefois été fatal pour son cousin.

Tout juste après le décollage, l’avion s’est engagé vers l’ouest. Puis, presque subitement, il s’est abîmé à l’intersection d’une bretelle de sortie de l’autoroute 20 et de la rue Giasson, adjacente à l’aéroport.

Vincent Robichaud, 22 ans, originaire de Sainte-Catherine-de-Hatley, en Estrie, est décédé des suites de ses blessures. Son cousin Sébastien, qui pilotait l’appareil, a subi de graves blessures, mais on ne craint pas pour sa vie.

Bien connu

La famille Robichaud est bien connue du milieu de l’aviation au Québec. Le paternel a opéré pour Air Canada pendant une vingtaine d’années, tandis que trois de ses enfants, dont Sébastien, ont suivi ses traces.

«Pour la communauté des pilotes professionnels, ce n’est certainement pas une bonne nouvelle, d’autant le jour de la fête des Pères. Ils ont ça dans le sang, c’est une famille qui est reconnue», s’attriste l’expert en aviation civile Jean Lapointe, qui assure que le pilote «était expérimenté et a fait beaucoup d’entraînement».

Enquête en cours

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) a dépêché une équipe d’enquêteurs à Saint-Jean-Port-Joli lundi.

Si les conditions de vol étaient favorables, il est cependant « beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions » quant à une éventuelle erreur de pilotage ou une défaillance mécanique, prévient l’enquêteur du BST, Jean-Marc Ledoux.

«On ne fait pas juste regarder l’épave, on doit aussi rencontrer des témoins et le pilote survivant notamment, explique-t-il. Pour l’instant, on n’a pas d’idée pourquoi l’appareil s’est écrasé aussi tôt après le décollage.»

Les responsables de l’aéroport de Saint-Jean-Port-Joli ont refusé de commenter la tragique fin de journée de l’événement qu’ils organisaient.

Un avion d’acrobatie

Nom : Pitts Special S-2E

Fabrication de l’appareil : 1982

Conception : 1944

Dans la même catégorie