/news/society

Les travailleurs des centres jeunesse lancent l’Opération Toutou

Kate Tremblay | TVA Nouvelles

Les employés du Centre jeunesse du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont lancé lundi matin l'opération «Toutou cherche député(e) d'accueil» pour faire pression sur les élus afin que leur situation ne tombe pas dans l’oubli.

Cette campagne de sensibilisation, qui sera déployée dans toutes les régions du Québec, consiste à remettre un toutou en peluche à chaque député qui acceptera de rencontrer les travailleurs et leurs représentants syndicaux.

Autre drame

Les travailleurs des centres jeunesse de la province vivent avec la crainte de voir un autre enfant passer entre les meilleurs du filet depuis le décès tragique d'une fillette de 7 ans de Granby en mai dernier.

Ils demandent au gouvernement de ne pas attendre la fin de la Commission spéciale sur le droit des enfants et la protection de la jeunesse pour agir.

Jusqu'à maintenant, deux des cinq députés du Saguenay-Lac-Saint-Jean interpellés ont accepté de rencontrer les travailleurs.

Cas réels

Chaque peluche porte un message à son cou sur lequel sont inscrites des notes écrites par un intervenant lors de l'évaluation d'un cas réel.

«Par ce symbole, on souhaite leur rappeler qu'ils doivent prendre leur responsabilité envers les enfants de la province, explique la représentante nationale de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), Nancy Poulin. On ne veut pas surtout pas qu'il arrive un autre drame. On en a vécu un dans notre région avec le petit Thomas. Il y en a trois maintenant au Québec, des décès, et il faut que ça arrête. C'est le temps que la pression baisse, que les charges de travail diminuent et qu'on leur permette de bien accompagner ces enfants-là.»

L'APTS constate qu'aucune mesure concrète n'a été mise en place depuis le décès de la fillette martyre.

«Les députés adoptent des motions unanimement à l'Assemblée nationale et c'est très correct, mais concrètement dans les régions, dans les centres jeunesse, c'est silence radio», précise Mme Poulin.

Manque de ressource

Les travailleurs déplorent le manque de ressources depuis de nombreuses années.

«Malgré toute notre volonté et tout le temps supplémentaire qu'on fait, on ne fournit pas à la tâche et on a vraiment besoin d'aide», soutient la travailleuse sociale, Léa Ouellet, rencontrée lors du lancement de la campagne lundi matin, sur les terrains du Centre jeunesse du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les représentants syndicaux des travailleurs n'avaient toujours pas eu de réponse de la députée et ministre Andrée Laforest lundi en fin d'avant-midi.

Questionnée sur le sujet lors d'un point de presse tenue lundi, elle a confirmé que ce dossier lui tenait à coeur.

Si l'opération ne donne pas les résultats escomptés au cours de la saison estivale, l'APTS promet d'autres mobilisations à l'automne.

Dans la même catégorie