/regional/troisrivieres/mauricie

Inondations : opération d'envergure pour sauver les poissons égarés

Charel Traversy | TVA Nouvelles

Les riverains ne sont pas les seuls à subir les contrecoups des inondations. La faune aussi en souffre.

À Baie-du-Febvre, mardi, des milliers de poissons ont été sauvés. Ils se sont retrouvés prisonniers d’un bassin peu profond à la suite de la crue des eaux.

Ce printemps, le niveau élevé du lac St-Pierre a permis à des dizaines d'espèces de traverser les digues en place.

«Au printemps, les zones peu profondes du lac St-Pierre qui s'inondent sont très attirantes pour les poissons, ce sont des zones qui se réchauffent très rapidement, qui sont très productives, explique le biologiste du ministère de la Faune, Philippe Brodeur. Ces terres sont très importantes. Quand le niveau d'eau atteint un niveau qui excède l’élévation des digues, des poissons sont coincés à l'intérieur des champs.»

L'opération d'envergure a été coordonnée par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, aidé par le centre de recherche RIVE et des étudiants de l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Les équipes trient, identifient les espèces et font le décompte avant de relâcher les poissons dans le lac St-Pierre. Une opération semblable a aussi eu lieu il y a deux ans quand la région avait connu une crue des eaux exceptionnelles.

«En 2017, on a pu sauver quatre tonnes, c'est l'équivalent de 100 000 poissons», ajoute Phillipe Brodeur.

Les digues aménagées il y a trente ans sur la rive nord et sur la rive sud sont remises en question.

Elles étaient installées pour protéger les champs et servir de haltes migratoires. Les spécialistes ont découvert qu'elles causaient du tort à l’écosystème. Les autorités tentent de trouver une solution. Une brèche dans la digue pourrait éviter une nouvelle opération de sauvetage.