/regional/montreal/montreal

Mort par hypothermie de la mère de Gilles Duceppe: des recours sont envisagés

Véronique Morin | Agence QMI

L'avocat de la famille Duceppe n’exclut pas d’entamer des recours au civil contre la résidence LUX. Il est d'avis qu'il y a eu une «série de négligences» qui a mené au tragique décès de la mère de Gilles Duceppe par hypothermie.

À LIRE ÉGALEMENT:

La mère de Gilles Duceppe «a tenté par tous les moyens de se réchauffer»

«On se penche sur des recours en raison de la négligence et de la responsabilité civile», a expliqué Me Marc-Antoine Cloutier, l'avocat de la famille Duceppe, en entrevue à l’émission «Là-haut sur la colline» à QUB radio.

Le rapport accablant de la coroner souligne que la mort d’Hélène Rowley Hotte Duceppe aurait pu être évitée.

«Il faut savoir que Mme Rowley avait justement choisi cette résidence-là pour les représentations de sécurité et les garanties de sécurité de cette résidence qui venaient avec les représentations de cette résidence», a dit l'avocat de la firme Trivium au micro d'Antoine Robitaille.

 

L'avocat a souligné que la famille se penchait en ce moment sur la «possibilité de recours» étant donné «les représentations de sécurité de la résidence» et «la série de négligences» soulignées dans le rapport de la coroner.

«On va prendre le temps d'apprécier les réactions de la résidence et on prendra nos décisions ensuite», a déclaré Me Cloutier.

Par ailleurs, il estime également que le personnel des résidences devrait suivre une formation plus pointue.

L'avocat implore également le gouvernement Legault à réagir, et suggère de revoir le code des bâtiments pour s'assurer que les mesures de sécurité dans l'ensemble des résidences pour personnes âgées soient revues.

Selon Me Cloutier, les incidents tragiques du genre de celui qui a mené à la mort de Mme Rowley sont de plus en plus nombreux.

Dans la même catégorie