/news/politics

Pollution par le plastique: un comité parlementaire presse le gouvernement d'aller plus loin

Émilie Bergeron | Agence QMI

iles madeleine plastique

Simon Clark/Agence QMI

Une semaine après que le premier ministre Justin Trudeau eut annoncé son intention de bannir le plastique à usage unique en 2021 au Canada, un comité à majorité libérale des Communes presse le fédéral d’agir à ce chapitre plus rapidement.

Le gouvernement pourrait entreprendre des actions concrètes si certains types de plastique à usage unique étaient ajoutés dès aujourd’hui à la liste de substances toxiques de la Loi canadienne sur la protection de l’Environnement (LCPE).

C’est l’un des constats faits par le Comité permanent de l’environnement et du développement durable dans un rapport déposé mardi.

«Si l’on ajoute le plastique – ou certains types de plastique – à la Liste des substances toxiques, le gouvernement sera alors investi du pouvoir élargi de prendre des mesures pour réduire ou éliminer ses rejets dans l’environnement», peut-on y lire.

Selon le comité, le ministère de l’Environnement devrait s’inspirer des recherches menées dans d’autres pays industrialisés sur la toxicité de certains types de plastique à usage unique.

Le premier ministre Trudeau avait plutôt annoncé la semaine dernière que des évaluations scientifiques devaient encore être menées pour qu'une liste des produits de plastique à usage unique interdits à partir de 2021 soit dressée.

Après avoir entendu plus de 40 témoins, le comité a formulé 21 recommandations à Environnement Canada. On estime notamment que l’objectif zéro déchet de plastique, fixé par Ottawa dans la Charte sur les plastiques dans les océans, devrait être plus ambitieux «pour mieux refléter l’urgence de la pollution par le plastique». L'échéance pour atteindre cette cible a été établie à 2040, mais le groupe parlementaire suggère de plutôt viser 2030.

On demande en outre au gouvernement d’identifier les subventions fédérales aux combustibles fossiles liées au plastique et d’éliminer celles-ci. Le gouvernement Trudeau avait promis, durant la campagne électorale de 2015, de graduellement abolir les subventions aux énergies fossiles, ce qu’il a échoué à faire selon un récent rapport de la commissaire fédérale à l’environnement et au développement durable.

«Ce que nous disons est que davantage peut être fait et plus rapidement», a conclu le président du Comité permanent de l’environnement et du développement durable, le député libéral de la Colombie-Britannique John Aldag.

Dans la même catégorie