/regional/troisrivieres/mauricie

La requête du propriétaire du Zoo de Saint-Édouard rejetée

Charel Traversy | TVA Nouvelles 

Le propriétaire du Zoo de Saint-Édouard, Normand Trahan, ne pourra récupérer ses animaux durant les procédures judiciaires en cours, a tranché le juge mercredi.

La défense soutient que la SPCA n’a pas les compétences nécessaires pour s’occuper des quelque 200 animaux. Le zoo est fermé depuis le 21 mai dernier.

La SPCA va ainsi continuer le transfert des animaux. Des déplacements de bêtes vers des refuges sont prévus samedi et la semaine prochaine. Sur le total, 70 ont été déplacés au cours des dernières semaines.

«Ce que le juge a décidé aujourd’hui, c’est de reporter la question de qui peut prendre possession ou non des animaux. La preuve à présenter de part et d’autre est longue et complexe et le juge du procès sera le mieux placé pour décider», a expliqué le procureur de la Couronne Julien Beauchamp-Laliberté.

Accusé de négligence et de cruauté animale, Normand Trahan a également été accusé mercredi d’avoir entreposé de façon négligente 12 armes à feu et des munitions. Il a plaidé non coupable à cette nouvelle accusation.

Cette affaire reviendra en cour vendredi afin de fixer une date pour l'enquête préliminaire.

7 constats d'infractions

Dans des documents obtenus par TVA Nouvelles, on apprend que Normand Trahan a reçu sept constats d'infractions pour avoir omis d'offrir les soins de santé requis à ces animaux. Il a dû entre autres débourser la somme de 1 036 $ pour la lionne Layla qui n'a pas reçu une alimentation de qualité en 2016. Deux ans plus tard, le propriétaire a aussi reçu un constat d’infraction de 3 684 $ pour les trois lémurs qui ont subi des amputations aux pattes à la suite d'engelures et 300 $ pour un Mouflon qui présentait pendant des mois une boiterie sévère.

Les lacunes soulevées par le Ministère de la Faune

TVA Nouvelles a aussi obtenu copie d’une lettre du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs envoyé en novembre dernier au propriétaire. À la suite de l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation pour la garde des animaux en captivité, on énumère à Normand Trahan une longue liste d’éléments à corriger dans son établissement.

«Vous devrez faire évaluer vos animaux par un médecin vétérinaire au moins une fois par mois et employer une personne détenant un diplôme collégial ou universitaire relié à la biologie animale pour qu’elle supervise les soins aux animaux au moins 30 heures par semaine», peut-on lire dans l’extrait de cette lettre.

Normand Trahan avait aussi jusqu’au 1er décembre 2018 pour ajouter l’éclairage nécessaire dans les bâtiments et les quartiers d'hiver. Le ministère de la Faune donnait également deux ans pour que les cages et les enclos du Zoo de St-Édouard soient conformes à la nouvelle réglementation. Certaines des cages sont trois fois plus petites que la dimension minimale exigée.

«Nous vous recommandons d'améliorer la médecine préventive en administrant des vermifuges ou des vaccins pour l'ensemble des animaux et de mettre en place un meilleur suivi des mortalités. Autant que possible, une nécropsie devrait être réalisée, par un médecin vétérinaire, lorsqu'un animal meurt».

Le ministère de la Faune recommandait également «de faire une meilleure rotation des aliments carnés dans le congélateur afin d’éviter de servir des aliments périmés aux animaux et de ne jamais donner les carcasses d’animaux morts, de cause inconnue, à manger à d’autres animaux.»

Dans la même catégorie