/regional/quebec/quebec

Le paysage de l’île d’Orléans «menacé» par le troisième lien

Arnaud Koenig-Soutière | Journal de Québec

Jean-François Desgagnés

L’île d’Orléans est le site historique le plus «menacé» au Québec devant l’éventuelle construction d’un troisième lien, estime la Fiducie du Canada, qui invite le gouvernement Legault à faire preuve de «leadership» pour protéger «un paysage culturel de première importance».

L’organisme indépendant, qui agit pour la protection de lieux historiques au pays, a établi un palmarès des 10 sites historiques les plus menacés au Canada. L’île d’Orléans figure au sixième rang, immédiatement suivie du Cyclorama de Jérusalem, à Saint-Anne-de-Beaupré.

La «menace» qui plane sur l’île prend la forme d’un « projet controversé », en l’occurrence un troisième lien routier entre Québec et Lévis.

«Ce projet majeur fait l’objet d’un processus politique accéléré, sans confirmation claire de la nécessité du nouveau pont proposé ou de l’endroit qui lui conviendrait le mieux», avertit l’organisme.

La Fiducie du Canada juge aussi que « l’effet cumulatif de nouveaux aménagements sur l’île [...] mine les efforts consacrés à la conservation », pointant le projet de camping de luxe de l’entreprise française Huttopia à Saint-François.

«Limite franchie»

Les conclusions du palmarès ont tôt fait de piquer au vif le préfet de la MRC de L’Île-d’Orléans, Harold Noël. «Le fait qu’on n’ait pas été consultés, ça lui enlève toute la crédibilité dont il a besoin», déplore-t-il.

«On est dans un milieu qui a beaucoup de valeur, donc les gens acceptent malgré eux une double réglementation [de la MRC et du ministère de la Culture] pour protéger l’île. Qu’un article dise qu’on est en danger, c’est une limite qui est franchie avec laquelle on n’est pas d’accord», ajoute-t-il.

La Fiducie du Canada interpelle aussi le ministère de la Culture relativement au Cyclorama de Jérusalem, dont «les propriétaires seront libres de démonter le panorama et même de le découper en morceaux» si une désignation patrimoniale ne lui est pas accolée d’ici le mois d’août.