/news/culture

Les dessins évocateurs de Jim Carrey exposés à Montréal

Yan Lauzon | Agence QMI

Depuis 2016, année marquant l'arrivée de Donald Trump à la tête des États-Unis, Jim Carrey anime régulièrement son compte Twitter de dessins commentant l'actualité américaine, déridant du même coup ses quelque 18 millions d'abonnés.

Pour la première fois, un nombre significatif de ses œuvres obtiennent une vie ailleurs que dans l'univers virtuel grâce à l'exposition «This Light Never Goes Out: les dessins engagés de Jim Carrey», une initiative du Centre Phi, à Montréal, regroupant 54 de ses œuvres colorées, commentées (toutes en anglais) et déjà publiées sur le web.

«On était très intéressés par ce projet parce que c'est une autre porte d'entrée vers la créativité de Jim Carrey. C'est quelqu'un qui est très connu au cinéma et qui a ce désir de confronter ce qui se passe en politique aux États-Unis et dans le reste du monde», a expliqué Phoebe Greenberg, fondatrice et directrice du Centre Phi lors de la visite de presse, mercredi.

Inspiré par Donald Trump

Si certaines oeuvres du Canadien sont des portraits en hommage à de grands disparus comme l'acteur Robin Williams, la chanteuse Aretha Franklin et l'astrophysicien Stephen Hawking, plusieurs lancent un message fort envers l'administration Trump, se moquant et écorchant habilement le leader américain.

C'est d'ailleurs grâce à la politique de droite que celui qui habite maintenant Los Angeles a recommencé à laisser parler ses coups de crayon.

«Leur machine à propagande de droite alimente les théories du complot élitiste et d'aliénation, qui ont transformé une bonne partie des États-Unis en royaume des aveugles. Et le borgne est devenu roi. De là m'est venue l'idée de renouer avec une vieille passion d'enfance... le dessin», est cité Jim Carrey sur les murs de l'exposition.

Le plus récent dessin exposé est d'ailleurs fort éloquent. Intitulé «We Are Gardeners» («Nous sommes des jardiniers») et daté du 29 mai dernier, il montre une femme s'affairant à planter des fleurs dans un champ après le passage du président américain armé d'une petite fauche.

Une autre caricature transforme le chef d'État en Humpty Dumpty.

Très interpellé

Afin de bâtir cette collection, Jim Carrey a été rencontré à Los Angeles. L'un des comiques les plus populaires de la planète s'est non seulement intéressé au projet, mais a aussi tenu à collaborer étroitement.

«Il s'est grandement impliqué dans le choix des œuvres, des designs. Tout devait passer par lui et son équipe parce qu'il est très sensible à son travail et souhaite vraiment avoir une occasion d'exprimer son indignation», a précisé Phoebe Greenberg.

L'exposition «This Light Never Goes Out: les dessins engagés de Jim Carrey» est présentée au Centre Phi jusqu'au 1er septembre. Le Canadien pourrait venir apprécier le résultat quelque part cet été.