/news/law

Un ancien notaire proche des Hells Angels accusé de fraude

Éric Thibault | Journal de Montréal

Gracieuseté

Un ex-notaire pris à blanchir l’argent sale de Hells Angels québécois dans des paradis fiscaux fait face à 15 nouveaux chefs d’accusation.

Richard Felx, de Saint-Colomban dans les Laurentides, a été tiré du lit par les enquêteurs aux crimes économiques de la Sûreté du Québec, hier matin, avant de comparaître pour fraude, trafic ou possession de véhicules frauduleusement acquis et non-respect d’ordonnances des tribunaux.

Le récidiviste de 61 ans aurait illégalement obtenu du financement d’un demi-million de dollars pour l’achat ou la location de véhicules auprès des sociétés canadiennes de crédit de Volkswagen, de Ford, de Nissan, ainsi que de la Banque Scotia, a appris Le Journal.

Il aurait ensuite loué ces véhicules à des tiers entre l’hiver 2017 et l’automne 2018, à des tarifs profitables.

Il aurait ainsi enfreint des conditions de remise en liberté provisoire dont la Cour d’appel du Québec lui faisait bénéficier depuis trois ans.

En juillet 2016, Felx a écopé de 72 mois de pénitencier pour gangstérisme, complot et recyclage des produits de la criminalité à la suite de l’opération Diligence sur l’infiltration des motards dans l’industrie de la construction.

Île Maurice

Felx, qui possédait une société à l’île Maurice et se spécialisait dans la création de fiducies, faisait partie d’un groupe financier ayant aidé les Hells Normand Casper Ouimet et Martin Robert à ouvrir des comptes offshore dans ce paradis fiscal de l’océan Indien. Ces deux motards étaient alors en cavale de l’opération SharQc.

L’ex-notaire n’a passé qu’un seul mois derrière les barreaux puisqu’il a porté sa cause en appel et a été libéré en attendant une décision.

Marty Robert est ce motard dont les noces somptueuses avec la fille d’une narcotrafiquante ont été célébrées au centre-ville de Montréal, le 1er décembre dernier.

À l’hiver 2017, Felx a aussi été condamné à 40 mois additionnels en taule et à 633 000 $ d’amende après une enquête de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

1,2 million $

Felx et deux complices condamnés en même temps que lui dans l’opération Diligence, Michel Ste-Marie et son fils Dax Ste-Marie, ont floué 55 petits investisseurs qui ont perdu 1,2 million $ après avoir confié leur argent au trio en se faisant promettre des rendements « garantis » de 5 à 30 % dans des placements soi-disant « à risque nul » à l’île Maurice.

Encore là, ils ont porté les verdicts de culpabilité en appel et leur peine est en suspens.

– Avec Christian Plouffe

Richard Felx a été radié de la Chambre des notaires en 1992 pour s’être approprié des fonds de ses clients et pour avoir menti au comité de discipline de son ordre professionnel.