/finance/homepage

L’ancien patron d’Otéra poursuit la Caisse pour 7,35 M$

Hugo Joncas et Philippe Langlois | Le Journal de Montréal

L’ancien PDG d’une filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec poursuit son ancien employeur pour 7,35 M $, mais admet avoir perçu 15 000$ en liquide d’un homme d’affaires ayant des antécédents criminels en matière de stupéfiants, à l’intérieur même de son bureau.

Graceffa précise que les 15 000$ étaient destinés à son frère et qu’il ignorait tout du passé criminel de l’individu qui les lui a remis. Selon lui, il ignorait aussi qu’il le ferait en argent liquide, dans une poursuite déposée aujourd’hui en Cour supérieure.

À LIRE ÉGALEMENT

Otéra Capital: l’ancien PDG Alfonso Graceffa conteste son congédiement «abusif»

L’UPAC va se pencher sur Otéra Capital

Il explique qu’il tentait de récupérer des sommes pour son frère Salvatore Graceffa (sans le nommer), à qui un emprunteur devait près de 80 000$.

Alfonso Graceffa explique aussi que la Caisse lui reproche cinq autres manquements éthiques, mais assure que rien ne pouvait justifier son congédiement.

Il réclame 5,48 M$ en salaires et primes d’Ivanhoé Cambridge, la filiale immobilière de la Caisse, dont il était chef des unités d’affaires, et plus de 1,27 M$ d’Otéra, la filiale de financement immobilier, dont il était PDG.

Il réclame aussi 600 000$ à la Caisse en dommages.

La Caisse se défend

De son côté, la Caisse a réitéré qu’elle défendra «vigoureusement la décision de congédier pour cause M. Alfonso Graceffa». «La Caisse et ses filiales réitèrent également qu’elles ne verseront aucune indemnité à quelqu’un dont les comportements et les lacunes de jugement ont entraîné des tels manquement éthiques graves», selon son communiqué.

Après une enquête indépendante à 5 M$ déclenchée à la suite de nos reportages, la Caisse a conclu fin mai que des «manquements sérieux et inacceptables» affectent sa filiale Otéra Capital, dont elle a congédié quatre employés, dont l’ex-patron Alfonso Graceffa.

Nos reportages ont notamment révélé que Graceffa a bénéficié de 11 prêts totalisant 9,2 M$ en provenance de MCAP, une filiale d’Otéra. Ils ont servi à financer des immeubles appartenant à Graceffa et à ses associés.

Dans la même catégorie