/news/society

Le juge en chef de la Cour suprême fier de l'effet positif de la sortie du juge Gascon

Émilie Bergeron | Agence QMI

Le fait qu’un juge québécois de la Cour suprême du Canada ait admis publiquement souffrir d’anxiété et de dépression a envoyé le message que les personnes atteintes de problèmes de santé mentale contribuent «de façon extraordinaire» à la société, peu importe leur statut social.

C’est le constat que fait le juge en chef du plus haut tribunal au pays, Richard Wagner. Appelé à revenir sur la récente sortie de son collègue Clément Gascon, le juge Wagner a souligné, jeudi, que cet épisode encourage la société à parler davantage de santé mentale et il a incité ceux qui souffrent de troubles de cesser de s’emmurer dans le silence.

«Les temps sont révolus où on ne peut plus parler de ces choses-là et je pense qu’il faut réaliser aujourd’hui qu’il faut appuyer les gens qui doivent conjuguer avec des problèmes d’anxiété, des problèmes de maladie mentale», a dit M. Wagner lors d’une conférence de presse annuelle faisant le bilan des travaux de la Cour suprême.

Le juge Gascon, qui prendra sa retraite en septembre, est demeuré introuvable pendant plusieurs heures en mai dernier. La police d’Ottawa avait publié un avis invitant le public à l’aider pour retrouver le magistrat.

Revenant sur sa disparition momentanée quelques jours plus tard, le juge Gascon a révélé qu’il souffrait de troubles d’anxiété et de dépression depuis une vingtaine d’années.

«Dans le contexte de l’annonce récente d’une décision de carrière difficile et déchirante et d’un changement parallèle de médication, j’ai eu un comportement inédit et inhabituel», avait-il expliqué par communiqué.

«C’est une maladie qui se soigne, se traite et se contrôle, certains jours mieux que d’autres», avait-il ajouté.

Bon nombre d’organismes œuvrant en santé mentale ont applaudi la sortie publique du juge Gascon.

«Si le seul résultat de cet épisode-là [...] est de réaliser jusqu’à quel point il faut faire la promotion des soins pour ces gens-là afin de les encourager et de ne pas les mettre au banc, je pense que ce sera un résultat positif», a dit le juge en chef Wagner, jeudi.

Il a en outre salué la contribution de Clément Gascon à la jurisprudence canadienne.

Dans la même catégorie