/news/culture

Vers une Coupe du monde de stand-up!

Léa Papineau-Robichaud | Agence QMI

ART-MONTREAL-COMIQUE

COURTOISIE GRAND MONTRÉAL COMIQUE/BASTIEN CARRIÈRE

Une toute nouvelle compétition internationale humoristique en sera à ses balbutiements au cours des deux prochaines semaines dans le cadre du Grand Montréal Comique.

Le festival d’humour, qui se déroulera du 22 juin au 7 juillet, a pour objectif de recevoir la Coupe du monde de stand-up l’année prochaine. En attendant, l’équipe nationale de stand-up du Québec a été créée et se promènera à Montréal, Longueuil, Saint-Eustache, Châteauguay et Terrebonne.

«Cette année, c’est une présentation d’une équipe. L’idée, c’était de se mettre en place et d’exciter les autres pays par pure provocation», a lancé à la rigolade Martin Petit, l’instigateur du projet.

«On va essayer de profiter de notre avance. Un peu comme on a fait, au Québec, avec le ski acrobatique. On a inventé le sport, on a pris trois-quatre années d’avance, les autres ont fini par embarquer. Ça permet de gagner une couple de médailles au début, avant que les Russes embarquent, trichent et fourrent tout le monde!» a renchéri l’humoriste.

De tous les styles

L’équipe est composée de Martin Petit, Patrick Groulx, Silvi Tourigny, Mehdi Bousaidan, Charles Deschamps, Maude Landry, Christine Morency, Stéphane Fallu, Didier Lambert, Eddy King et Sylvain Laroque.

«Moi, quand on est venu me demander si je voulais participer, j’ai dit oui tout de suite, parce que de toute façon il n’y a pas d’équipe nationale qui gagne sans Congolais dans l’équipe», a lancé en riant Eddy King.

Le point fort de leur formation? «C’est la profondeur de l’équipe. On a de tous les styles. Le fait qu’on soit les seuls, c’est sûr que ça fait de nous autres les meilleurs au monde, mais il y a une valeur ajoutée: on est bons en plus», a dit celui qui prépare un nouveau spectacle solo à sortir le 15 octobre.

King croit que la création du Bordel Comédie Club a contribué à ce que ce genre d’idée naisse dans la tête de Martin Petit.

«Avant que le concept de comédie club arrive dans l’humour francophone au Québec, on ne se voyait pas beaucoup. Je n’aurais jamais pu passer autant de temps avec Martin par exemple, parce que soit il est en tournée pour son spectacle, soit il tourne Les Pêcheurs, etc. Maintenant qu’on a le Bordel, on a un terrain de jeu. Quand on y joue, on est en loge et ça nous permet de discuter et d’apprendre à mieux nous connaître.»

Selon Christian Viau, directeur de la programmation au Grand Montréal Comique, la France, la Suisse et la Belgique ont déjà été approchées pour participer à la Coupe du monde l’an prochain.

«C’est une belle idée que Martin [Petit] avait à la base de faire un tournoi avec la francophonie parce que les Français, les Belges, les Suisses, le Maghreb, on se croise tous dans les festivals. On est tous amis, a souligné M. Viau. En fait, c’est vraiment un pastiche des équipes olympiques que Martin avait en tête.»

Stand-up et épreuves

Les organisateurs se donnent jusqu’à l’année prochaine pour créer les règlements et la structure de cette compétition humoristique.

«Ça se veut vraiment un tournoi amical entre pays, avec certainement un vote du public. Ce ne sera pas juste des numéros de stand-up. Il va y avoir des épreuves qui amènent à du stand-up, comme une ligne un punch», a expliqué le directeur artistique.

En attendant, l’équipe nationale du Québec a préparé une soirée d’environ 90 minutes qui risque d’être fort divertissante.

«Ça va être une collection de numéros de stand-up avec la bannière et des petites surprises. On a commencé à faire des numéros ensemble: un numéro des Pêcheurs, des collaborations, des concepts, etc. Tout le monde va avoir son petit moment, mais on fait aussi des affaires ensemble», a ajouté Martin Petit.

«Le stand-up c’est individuel, mais on arrive à faire quelque chose de groupe avec quelque chose qui est individuel et c’est ça qui est vraiment le fun dans l’aventure», a conclu Eddy King.

L’équipe nationale de stand-up sera à l’Olympia de Montréal le 24 juin. Pour les autres dates, rendez-vous au grandmtlcomique.com.

Quelques nouveautés

C’est après que le producteur et fondateur de Juste pour rire Gilbert Rozon eut défrayé les manchettes pour des accusations d’agressions sexuelles que le Grand Montréal Comique, autrefois appelé le Grand Montréal Comédie Fest, est né. Organisé en très peu de temps, l’événement a, pour cette 2e édition, amélioré certains points de son festival, à commencer par le nom.

«On a reçu une mise en demeure de ComédieHa! Fest l’année dernière. Nous, de toute façon, le nom avait été lancé rapidement, donc on a décidé de ne pas s’obstiner et de changer de nom», a expliqué Christian Viau, directeur de la programmation.

Comme la première édition du festival avait dû s’organiser rapidement, le concept était de faire des galas dans différentes villes du Grand Montréal. «Cette année, on s’est demandé comment on pourrait ne pas faire de gala et que si on en fait, que ce ne soit pas tous les spectacles de la programmation», a dit celui qui a travaillé avec plusieurs humoristes comme metteur en scène, auteur et scripteur éditeur.

«On s’est dit: pourquoi on ne créerait pas un comédie club qui serait éphémère. Chaque année, on pourrait créer un nouveau comédie club dans un nouveau lieu», a-t-il ajouté.

Le Coconut comédie club, animé par Matthieu Pepper, a donc été créé et prendra place au Ausgang sur la Plaza Saint-Hubert.

«On rentre cinq à dix tonnes de sable dans la place et on décore ça style hawaïen et contiki. Il va y avoir un coucher de soleil en projection sur le mur», a décrit M. Viau.

Il y aura également au programme un concept, appelé «Un bordel de primeur», qui permettra à des humoristes de présenter du nouveau matériel pendant plus d’une heure. Pour sa part, le 20 et hommages donne la chance à 20 humoristes de rendre hommage à ce qu’ils ont envie.

Des concepts de l’an dernier reviennent aussi cette année. «C’est un mélange de nouveaux concepts et de réussites de l’année dernière, comme «Les comiques de nuit»», a souligné le directeur artistique.

«Les Brunchs de l’humour», le «100 humoristes en 100 minutes» et le spectacle «Vive ton courage», au profit d’organismes qui viennent en aide aux femmes et aux enfants qui ont été victime d’agression, seront aussi de la programmation.