/regional/troisrivieres/mauricie

Le Zoo de Saint-Édouard n'est pas prêt à accueillir des visiteurs

Cassandre Forcier-Martin

 - Agence QMI

Les vacances commencent et les visiteurs ne sont pas à la veille de se rendre au Zoo de Saint-Édouard, à Saint-Édouard-de-Maskinongé. Seuls les agents de protection de la faune du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs ainsi que les équipes de la SPCA de Montréal sont visibles sur le site.

La centaine d'animaux toujours dans les enclos devraient être transférés dans les prochains jours. «La SPCA de Montréal compte poursuivre l'exécution de sa perquisition en déplaçant les animaux des lieux le plus rapidement possible», a dit la direction.

Les citoyens appuient le propriétaire

Les réactions se multiplient dans la municipalité. Plusieurs citoyens croient que la SPCA de Montréal a agi trop vite. Selon les résidents, le propriétaire du zoo, Normand Trahan, avait seulement besoin d'aide et de temps des différentes ressources pour améliorer les installations.

«Je n’ai jamais vu Normand Trahan maltraiter ses animaux!» a dit un citoyen interrogé par TVA Nouvelles.

Des impacts collatéraux se font sentir chez le Camping du Zoo de Saint-Édouard. Bien que le voisin immédiat soit indépendant, le nom laisse croire aux consommateurs que les deux entreprises sont liées. La direction a entamé les procédures gouvernementales pour changer le nom et ainsi devenir le Camping de Saint-Édouard.

Les zoos interpellés

Avare de commentaires et de détails, la SPCA de Montréal refuse de révéler les lieux qui vont accueillir les animaux.

Nos sources nous ont toutefois indiqué que les 30 zoos accrédités par l'Association des zoos et des aquariums du Canada (AZAC) ont reçu la liste des animaux à relocaliser. Nous savons que le Zoo sauvage de Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean, a démontré de l'intérêt.

Procédures judiciaires

L'avocat du propriétaire du zoo a déposé une demande pour une enquête préliminaire vendredi, le tout accompagné d'une liste de 10 témoins qu'il souhaite interroger.

«Il veut défendre ses droits. Je pense que la SPCA de Montréal voulait créer les répercussions qu'on connait pour le zoo. En frappant une semaine avant son ouverture, elle voulait causer la fermeture du Zoo de Saint-Édouard», a affirmé l'avocat Michel Lebrun.

Le dossier sera de retour en cour le 16 août prochain.

Dans la même catégorie