/news/politics

L’UMQ veut plus d’immigrants en région

Agence QMI

GEN-SEISME-MATANE

Romain Pelletier/La Voix de la Matanie/Agence QMI

Afin de combler la pénurie de main-d’œuvre en région, l’Union des municipalités de Québec (UMQ) demande au gouvernement Legault d’accélérer le processus d’immigration pour les travailleurs étrangers qui acceptent d’aller à l’extérieur de Montréal.

L'UMQ est d’avis qu’un programme «fast track» serait l’un des seuls moyens pour inciter les immigrants à s’installer en région.

«Notre mission en France a bien démontré que, si le Québec est attractif, les travailleurs qualifiés n'ont pas le réflexe d'imaginer une carrière à Deux-Montagnes, à Drummondville ou à Matane», a expliqué, par voie de voie de communiqué, Denis Martin, maire de Deux-Montagnes et président de la Commission sur le développement économique de l'UMQ.

La commission a profité de sa rencontre de vendredi à Québec pour mettre de l’avant cette idée de «fast track». Le ministre du Travail, Jean Boulet prenait d’ailleurs part à la réunion.

Selon l’UMQ, la pénurie de main-d’œuvre que l’on observe partout au Québec frappe encore plus durement les régions éloignées et le gouvernement doit donc prendre de grands moyens pour y remédier.

«Si le chômage est si bas, c'est que la population active diminue. Il ne peut donc être un indicateur fiable du dynamisme de notre économie. Si nous sommes maintenant les champions de bas taux de chômage, nous sommes aussi les champions de la pénurie de main-d'œuvre au Canada», s’est inquiété le président de l’UMQ et maire de Drummondville, Alexandre Cusson.

L’UMQ, qui représente les plus grandes municipalités du Québec, s’est par ailleurs réjouie que le gouvernement du Québec ait l’intention de rehausser les seuils d’immigration dans les prochaines années.

Dans la même catégorie