/finance/homepage

Six ans de trouble pour un vol d’identité

TVA Nouvelles

Ébranlé par un vol de données personnelles d'une ampleur sans précédent, le Mouvement Desjardins a mis en place des mesures de sécurité significatives afin de tenter de rassurer ses membres.

N’empêche qu’un certain nombre des 2,9 millions de clients directement touchés craignent de se faire usurper leur identité.

Une femme de la région de Québec a vécu ce cauchemar en 2017. Sarah Pelletier s’est rendu compte que quelqu’un s’était approprié son identité presque deux ans après le méfait.

En voulant se procurer des meubles dans un magasin Léon, elle s’est fait répondre que le prêt qu'elle demandait lui était refusé parce que son dossier de crédit n’était pas assez bon. L’effet de surprise a été d'autant plus grand qu'elle avait toujours cru le contraire.

En faisant des recherches auprès de deux agences d’évaluation de crédit, elle a découvert le pot aux roses: un solde impayé de près de 4000$ «traînait» sur l’une de «ses» cartes de crédit.

Un fraudeur s'étant fait passer pour Sarah Pelletier avait réussi à obtenir une carte de crédit auprès de Capital One. Depuis, sa vie de consommatrice n’est plus tout à fait la même.

«Pour les six prochaines années, chaque fois que je voudrai faire un achat, que ce soit banal comme un téléphone cellulaire, ça va toujours être refusé, relate-t-elle. Et ça va être à moi de rappeler pour prouver que je suis vraiment Sarah Pelletier et que c’est bien moi qui fais la demande pour avoir du crédit.»

En somme, c’est comme si le fardeau de la preuve lui revenait entièrement. «C’est stressant, admet la jeune femme, car on se demande tout le temps si on va être reconnue comme une victime, dans le fond. Puis, c’est de faire des appels, des démarches...»

Des histoires comme celle de Sara surviennent malheureusement trop souvent. Il suffit parfois de cliquer sur un lien malhonnête dans un courriel aux allures véridiques pour ouvrir la porte à différents types de fraude.

«C’est inquiétant»

D’ailleurs, dans un extrait de la lettre qu’elle a partagée à ses membres, la coopérative financière fait la mise en garde suivante: «Faites attention si vous recevez des courriels et des messages textes qui vous demandent d’entrer des renseignements personnels. Desjardins ne vous demandera jamais, de façon non sollicitée, des renseignements personnels par courriel ou message texte.»

 

«C’est sûr que c’est inquiétant, car on ne sait pas évidemment jusqu’où ça peut aller, confie une cliente de Desjardins à TVA Nouvelles. Ils vont nous fournir une forme de protection durant cinq ans, mais est-ce que ça va être suffisant?»

De son côté, le chroniqueur du Journal de Montréal et du Journal de Québec Stéphane Desjardins est catégorique: ce genre de vol de données à grande échelle a de quoi semer l’inquiétude «parce que vous avez tous les renseignements importants, intéressants pour effectuer une vraie fraude».

Si cela vous arrive, un des gestes à poser est de contacter la police, ajoute-t-il. Et surtout, souligne le chroniqueur, il importe de contacter le centre antifraude du Canada, dont il est facile de retrouver les coordonnées en rentrant ce nom dans un moteur de recherche en ligne.

-D'après un reportage de Pascale Robitaille à Québec

Dans la même catégorie