/regional/montreal/montreal

Pour tous les goûts au spectacle de la Fête nationale à Montréal

Marie-Josée R. Roy

 - Agence QMI

Il y en avait pour tous les goûts au spectacle de la Fête nationale, à l’Espace 67, à Montréal, dimanche soir.

Animé pour une troisième édition par Guillaume Lemay-Thivierge, le grand rassemblement, émaillé des incontournables petits drapeaux bleus et blancs qui fendaient l’air un peu partout, a commencé avec un pot-pourri de «chansons anciennes» offert par le Chœur Expérience Gospel et le violoniste Alexandre Da Costa. On y a reconnu les immortels titres «À la claire fontaine», «Partons la mer est belle» et «C’est l’aviron qui nous mène», entre autres.

Après quoi, tous les artistes de la soirée ont défilé au micro pour un numéro d’ouverture qui survolait styles et époques.

 

On a constaté que le matériel des Colocs va comme un gant à Philippe Brach, qui a déplacé beaucoup d’air sur «Passe moé la puck» avec Jenny Salgado et Koriass. Marie-Michèle Desrosiers, Guylaine Tanguay, Jenny Salgado et Marie-Élaine Thibert ont interprété à l’unisson «Le début d’un temps nouveau», tandis qu’Éric Lapointe a balancé avec la fougue qu’on lui connaît «J’ai l’rock’n’roll pis toé».

Toute la bande s’est ensuite unie au son de la réjouissante «Gayé», de FouKi.

Mariana embrasse Éric

Comme le veut la tradition, les têtes d’affiche du spectacle de la Fête nationale ont pu briller en solo ou en groupe, entre les interventions du maître de cérémonie Guillaume Lemay-Thivierge.

Marie-Michèle Desrosiers s’est appropriée «Pourquoi chanter», de Louise Forestier, et Guylaine Tanguay a donné sa propre couleur à «La ballade de Jean Batailleur». Jenny Salgado, Koriass et Philippe Brach ont respectivement entonné leurs succès «Spit White», «Enfant de l’asphalte» et «Crystel».

En plus de ratisser large en termes de genres musicaux, l’événement célébrait plusieurs formes d’arts et d’accomplissements.

À cet égard, l’humoriste Mariana Mazza, maillot bleu et drapeau du Québec au dos, a décliné un petit monologue sur «son» Québec multiculturel, avant de se commettre, de sa voix rauque, en duo avec Éric Lapointe sur «N’importe quoi». Elle a surpris tout le monde en embrassant furtivement – mais chaleureusement! – son comparse à la fin du morceau.

 

Le Cirque Éloize devait plus tard offrir des prouesses de mains à mains et de cerceau aérien en hommage à Harmonium, dans la foulée de la sortie de sa récente production, «Seul ensemble», dédiée à l’œuvre de Serge Fiori. L’astronaute David St-Jacques devait aussi adresser un message aux Québécois sur vidéo.

Enfin, des collages de chansons consacrées à l’année 67, charnière pour la Belle Province («Le blues d’la Métropole», «Un nouveau jour va se lever», «Le temps est bon», «Québécois») et au cinéma («Monsieur Émile», «Le ciel est à moi», «L’amour a pris son temps», «Les Boys», etc), étaient au programme.

Le rappeur FouKi et la chanteuse Roxane Bruneau avaient assuré la première partie de la prestation avec un court tour de chant chacun, à 19 h 30 et 20 h.

Le spectacle de la Fête nationale à Montréal sera présenté à Radio-Canada le lundi 24 juin, à 20 h, et simultanément à Rythme FM et à CKOI.

Nouveau site

Les célébrations montréalaises se déroulaient cette année au nouvel amphithéâtre de l’Espace 67, au parc Jean-Drapeau, sur l’île Sainte-Hélène, 145 ans après la présentation d’une première fête de la Saint-Jean-Baptiste au même endroit, en 1874.

Le site, d’une capacité d’environ 60 000 personnes, était accessible à compter de midi au grand public, qui pouvait assister tout l’après-midi aux répétitions du concert à venir en soirée. Une zone de maquillage avait été aménagée pour le bonheur des tout-petits et de nombreux kiosques et camions de nourriture de rue, ainsi qu’une boutique de souvenirs, étaient à la disposition des spectateurs.

Peu achalandé avant l’heure du souper, le vaste terrain faisant face au centre-ville de Montréal s’est rempli graduellement à partir de 17 h. La foule n’était toutefois pas si compacte au lancement du spectacle, peu après 21 h, et le lieu pouvait encore accueillir de nombreux visiteurs.

Dans la même catégorie