/regional/quebec/quebec

Québec a le cœur à la fête

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

Le bleu avait la cote au centre-ville de Québec alors que des milliers de Québécois de souche et d’adoption ont choisi de venir célébrer la Fête nationale sur les plaines d’Abraham, en compagnie d’une vingtaine d’artistes qui se sont succédé sur scène.

Ariane Moffatt et Pierre Lapointe et leur brigade éclatée d’artistes sont montés sur la scène, à 21 h, devant une foule plus qu’acceptable sur les Plaines.

Le rappeur Loud, Cœur de pirate, Yann Perreau, Alex Nevsky et la gagnante de La Voix, Geneviève Jodoin, ont défilé avec plusieurs autres personnalités de la musique québécoise, portés parle le thème «un monde de traditions».

 

Plus tôt, la rappeuse Sarahmée, de Québec, avait ouvert le bal, en première partie, faisant le bonheur surtout du jeune public. Le metteur en scène Jean-François Blais est à la barre de la direction artistique et de la réalisation. 

En début de soirée, une ambiance festive s’est emparée des terrasses de la Grande-Allée. Il faut dire que, pour une seconde année, la météo est du côté des organisateurs de la soirée: les chances de pluie sont nulles et la température est enfin clémente. Les commerçants semblent faire de bonnes affaires. 

«Il y a des line-ups à plusieurs endroits, nous autres aussi. C’est seulement que, comparé aux anciennes Saint-Jean, c’est beaucoup plus tranquille», a remarqué un portier d’expérience sur la Grande-Allée. 

Photo Journal de Québec, Pascal Huot

De père en fils

Comme quelques centaines de personnes, Jean-Sébastien Rivest et son fils Léo, 2 ans, étaient déjà installés à 17 h, devant la grande scène des Plaines, tandis que les artistes étaient en pleine répétition.  

Photo Journal de Québec, Pascal Huot

«Je viens sur les Plaines depuis que je suis enfant avec mes parents. À l’adolescence, je venais fêter sur les Plaines aussi. Là, c’est le tour de mon fils!», lance-t-il, avant de préciser: «on est venus à la répétition générale, parce qu’on ne veillera probablement pas jusqu’à 23h!»     

Photo Dominique Lelièvre

«C'est pour lui faire voir les drapeaux et lui transmettre c'est quoi, la Saint-Jean, le regroupement de Québécois», dit-il.  

Photo Journal de Québec, Pascal Huot

Quelques restrictions  

À l'image de l'an passé, les mesures de sécurité sont moins répressives, alors que l’époque des débordements, les soirs de Saint-Jean, sur la colline parlementaire, semble révolue. L’an passé, on avait déploré deux arrestations durant les festivités.  

Photo Journal de Québec, Pascal Huot

À l’entrée des Plaines, les festivaliers munis d’un sac à dos doivent patienter plus longuement et soumettre celui-ci à une fouille sommaire.  

Photo Journal de Québec, Pascal Huot

Si l’on proscrit notamment tout liquide, y compris l’eau, les chaises portatives sont permises pour une deuxième édition, sauf dans les zones les plus rapprochées de la scène. Les poussettes pour enfants sont elles aussi tolérées. L’alcool, la nourriture et le cannabis sont également interdits à l’entrée du site festif. 

Notons que quelques dignitaires, dont le maire de Québec, Régis Labeaume, et la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, sont de l’assistance. 

Lever du drapeau lundi 

Les festivités se poursuivent lundi, alors que le Mouvement national des Québécoises et Québécois procèdera, pour une troisième année consécutive, à la cérémonie du lever du drapeau, au parc de l’Amérique-Française. 

Dix Fleurdelisés seront déployés sur autant de mâts, tandis que l’auteur David Goudreault et la porte-parole de la Fête nationale, Debbie Lynch-White, prendront la parole. On promet également «une rencontre intime et unique» avec l’auteur-compositeur-interprète Émile Bilodeau. Les intéressés ont rendez-vous à midi.