/news/politics

L’environnement, une question clé aux prochaines élections, dit la ministre Joly

TVA Nouvelles

La dernière session a été haute en rebondissements pour le Parti libéral du Canada (PLC), qui se met en mode séduction à l’approche des élections fédérales d’octobre prochain.

La ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a réaffirmé que l’environnement allait être une question clé lors des prochaines élections, dans une entrevue à LCN pour dresser un bilan de la dernière session.

Même si certains sondages placent les conservateurs devant les libéraux, elle demeure convaincue que l’électorat saura récompenser le travail effectué par l’équipe Trudeau.

«Je crois que les Québécois sont très au courant de ce que le gouvernement Trudeau fait pour eux, mais en même temps, on doit encore et toujours être à leur écoute et ne jamais [tenir] rien pour acquis.»

La ministre Joly reconnaît que l’hiver n’a pas été de tout repos pour la formation libérale. «Le premier ministre s’est levé et a pris une décision, dit-elle, au sujet de la gestion de Justin Trudeau dans l’affaire SNC-Lavalin. Je pense qu’on a eu une bonne fin de session parlementaire, en particulier avec la levée des tarifs sur l’acier et l’aluminium.»

Plus globalement, Mme Joly juge qu’au cours des quatre dernières années, le gouvernement de Justin Trudeau a bien défendu les intérêts des Canadiens, notamment dans le dossier de la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain, «alors que les conservateurs voulaient qu’on capitule».

«Prix sur la pollution»

«On a aussi fait en sorte d’imposer un prix sur la pollution, parce qu’on sait que l’environnement doit être protégé, alors que plusieurs premiers ministres conservateurs ailleurs au pays étaient contre cette politique-là», souligne-t-elle en évoquant également la mise sur pied de l’Allocation canadienne pour enfants et la diminution de l’impôt pour la classe moyenne.

Quant à l’autorisation par le premier ministre Trudeau de l’expansion du pipeline Trans Mountain, Mélanie Joly rappelle que le Canada est un pays d’exploitation de ressources naturelles. «Une grande partie de notre économie [en] dépend. C’est comme ça qu’on peut se payer plusieurs services et qu’on est capable de les offrir aux citoyens», plaide-t-elle.

Les profits amassés grâce à Trans Mountain seront dédiés à la transition énergétique, insiste la ministre, qui admet que le gouvernement libéral doit faire davantage en matière d’environnement. «On va éliminer les plastiques à usage unique et on a fait en sorte d’éliminer peu à peu les usines de charbon au pays», détaille-t-elle. Mais la transition vers une économie plus verte «ne se fait pas en criant ciseaux».

Pour la ministre, le recrutement de Steven Guilbeault, «une personne importante du mouvement environnemental», va contribuer à l’amélioration du plan libéral dans ce domaine.

La ministre a également abordé un autre sujet chaud de l’actualité, soit la crise actuelle dans les médias canadiens. Elle a rappelé que les libéraux avaient réinvesti 2,7 milliards dans la création de contenus, alors que «les conservateurs avaient passé la hache dans le secteur culturel 10 ans auparavant.»

Mélanie Joly a de plus profité de sa présence dans les studios de LCN pour souhaiter une bonne Saint-Jean-Baptiste à tous les Québécois, ainsi qu’aux francophones de partout au pays.