/news/currentevents

Accident à la traverse de Tadoussac : le conducteur du véhicule récréatif est décédé

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

Un homme de 40 ans a perdu la vie et une femme de 39 ans a subi des blessures très sérieuses lorsque leur véhicule récréatif a plongé sur le traversier de Tadoussac, heurtant violemment le navire, ce midi, causant la fermeture complète de la route 138 pendant plusieurs heures.

Le conducteur du véhicule, originaire de Laval, a succombé à ses blessures, a indiqué la Sûreté du Québec vers 19 h 30, précisant qu'une femme de 39 ans originaire de Saint-Étienne-de-Lauzon, à Lévis, était toujours dans un état critique.

Selon les autorités, le véhicule récréatif aurait connu un problème mécanique et le conducteur a été dans l’incapacité d’immobiliser son véhicule dans la pente qui mène à la zone d’embarquement, du côté de Tadoussac. Il aurait heurté une glissière pour finir partiellement sur le navire.

«Un impact important a eu lieu avec un traversier. Les deux passagers du motorisé ont été blessés gravement. Pour le moment, nous ignorons s’il y a d’autres blessés», dit Hugues Beaulieu, porte-parole de la SQ.

 

«Vol plané»

Cindy Desbiens, de Clermont, était passagère sur le traversier, avec sa fille de 7 ans et son garçon de 4 ans, quand l’accident s’est produit.

«Nous étions sur le pont, en hauteur. Au moment où je prenais une photo de mes enfants, j’ai vraiment vu le campeur. Il n’a jamais freiné et il a pris la passerelle pour atterrir au bout du bateau», explique-t-elle au Journal.

Or, le traversier venait de quitter Tadoussac et se trouvait désormais à quelques mètres du quai. La passerelle était levée dans les airs, spécifie Mme Desbiens, si bien que le motorisé «a fait un vrai vol plané», selon cette témoin.

«Quelques secondes avant, il serait tombé sur un véhicule [à bord]. Quelques secondes après, il tombait dans l’eau. Il a vraiment atterri à la dernière seconde au bout du traversier.»

Elle estime que le véhicule récréatif arrivait «à une bonne vitesse». «Ça ressemble à des freins qui n’ont pas fonctionné. On n’a pas entendu de son de frein. C’était comme dans un film.»

Dommages importants

Le motorisé a subi des dommages très importants.

«Ce n’est plus un campeur. Il n’y a plus rien... C’est une boite de carton qu’on a écrasé», se désole Cindy Desbiens.

La circulation a été interrompue dans les deux directions sur la route 138 pendant plusieurs heures. Les automobilistes ont dû faire un grand détour pour traverser la rivière à Saguenay, soit un aller-retour totalisant quelque 250 kilomètres.

Après avoir interrompu le service, la Société des traversiers du Québec a indiqué qu'un traversier reprenait ses activités entre Tadoussac et Baie Ste-Catherine.