/news/currentevents

Écrasement d’un hydravion au Saguenay

Jean Houle | TVA Nouvelles 

Le pilote d'un hydravion qui s'est écrasé lundi aux abords du lac Kénogami, à Saguenay, s'estime chanceux de s'en sortir avec seulement quelques égratignures.

Martin Paradis a expliqué à TVA Nouvelles qu’il a rapidement compris qu’il n’avait pas le contrôle des ailerons de son petit appareil, un Murphy Rebel.

L’homme a essayé de compenser, mais s’est vite rendu compte que cela devenait impossible.

«Il y avait un jeu, mais pas assez. L’avion n’était plus contrôlable. À ce moment-là l’avion est parti en vrille et je suis rentré dans le bois», a-t-il raconté.

«Quand je me suis rendu compte que les ailerons n’avaient pas leur plein déploiement, je me suis dit: "c’est condamné, ça va aller à terre".»

L’avion n’avait pris que 200 ou 300 pieds d’altitude avant de s’écraser dans un boisé près de la rue des Cerfs dans l’arrondissement de Jonquière.

Le pilote est sorti de l'habitacle par ses propres moyens et a été transporté à l’hôpital pour soigner quelques ecchymoses.

Ému, il a dit avoir eu le temps de penser que sa dernière heure était peut être venu.

Heureux cependant d’être en vie, il se désole seulement d’avoir perdu son avion qu’il avait mis 17 ans à construire.

- avec la collaboration de Jean Houle