/news/currentevents

Leurs 8 enfants s’en sortent par miracle

Pascal Dugas-Bourdon | Le Journal de Montréal

Le père d’une famille reconstituée de huit enfants qualifie de « miracle » le fait que personne ne soit mort à la suite d’un violent incendie qui a détruit sa maison à Cowansville, en Montérégie, samedi.

« Avec huit enfants, un feu de même, c’est comme un miracle qu’on n’en ait pas perdu un », a confié hier au Journal Gérard Losier, encore sous le choc quelques jours après l’incendie qui lui a arraché presque tous ses biens.

Tard vendredi, M. Losier était sorti prendre un verre après avoir mis au lit les huit enfants, qui étaient alors sous la garde de leur mère et de son conjoint (le père des deux plus jeunes).

Pour une raison inexpliquée, une friteuse aurait pris feu, avant que le brasier ne se propage à une vitesse fulgurante.

En route vers son domicile vers 1 h, M. Losier a eu le souffle coupé en apercevant au loin sa maison en flammes.

« J’ai vu les chambres des enfants calcinées. J’ai vraiment cru qu’ils étaient tous morts », a-t-il confié, un sanglot dans la voix.

Enfants feu

Roulette russe

« C’était comme jouer à la roulette russe : lequel de la gang va me manquer ? J’ai dit à mon copain : “s’il en manque un, tu me ramasseras”. »

Heureusement, tout le monde a pu sortir à temps. Une des deux jumelles âgées de seulement 7 semaines a dû être hospitalisée pour des problèmes respiratoires, mais sa santé ne serait pas compromise.

« C’est quand même un traumatisme de les avoir cru morts. Je me remets tranquillement de ça », a-t-il admis.

M. Losier croit qu’il doit la vie de ses enfants au conjoint de son ex-femme, qui le soir de la tragédie, a rapidement fait le tour des chambres pour les réveiller.

« Il a sauvé ma famille », a-t-il dit.

Une chatte aux aguets

Mais pour Abel, 11 ans, c’est son compagnon félin qui lui a sauvé la vie.

« Ma chatte sautait partout. Je savais que quelque chose clochait parce qu’elle n’avait jamais fait ça auparavant. Alors je suis descendue et j’ai vu plein de boucane dans la cuisine », a-t-elle raconté.

Éliane, 14 ans, pour sa part, reconnaît avoir eu peur pour la vie de sa petite sœur.

« Quand on est sortis, la petite [jumelle] a perdu connaissance, et on croyait qu’elle était morte. On a demandé une ambulance et finalement elle s’était juste évanouie à cause de la fumée », a indiqué l’adolescente.

Malheureusement, la famille Paquet-Losier, qui louait la maison, n’avait pas d’assurance pour protéger ses biens. Elle avait annulé sa police quelques années auparavant, avec l’intention d’en contracter une nouvelle à meilleur prix.

Recherche d’une nouvelle maison

« Tu as tellement de choses à payer avec une grosse famille, que ça te sort de l’esprit », a expliqué M. Losier.

Une amie de la famille a lancé une campagne de sociofinancement qui vise à recueillir 5000 $.

Le petit clan se loge temporairement dans deux appartements superposés au centre-ville de Cowansville.

« Trouver un logement pour une famille de huit enfants, ce n’est pas évident », a reconnu M. Losier, qui cherche déjà une nouvelle maison.