/news/law

Deux propriétaires trop vites en affaires

Nicolas Saillant | Journal de Québec

NICOLAS SAILLANT/JOURNAL DE QUÉBEC

Les deux opérateurs du dispensaire Le Cannoisseur qui avaient tenté de vendre du cannabis médicinal dans une boutique de la rue Saint-Jean en 2017 ont plaidé coupables de trafic de drogue.

Bien installé au centre-ville de Québec, Le Cannoisseur avait été le troisième dispensaire de pot médicinal à ouvrir.

Ils tentaient de profiter du vide juridique, alors que Justin Trudeau avait annoncé que le cannabis deviendrait légal avant que les provinces aient légiféré sur la façon de faire.

Marc-Antoine Hamel, nommé président selon le registre des entreprises, et son associé, Alexandre Falardeau, ont plaidé coupables ensemble mercredi.

Des accusations de trafic et de possession dans le but de faire le trafic avaient été déposées contre eux puisqu’ils n’avaient aucun permis de Santé Canada pour détenir le 1,2 kg de cannabis saisi.

Facilement coincés

L’enquête policière du SPVQ avait été assez simple. Un agent d’infiltration avait demandé conseil et fait des achats de cannabis à la boutique. Une perquisition a ensuite été effectuée le 7 octobre 2017.

Or, après son arrestation en octobre 2017, Marc-Antoine Hamel s’était évaporé dans la nature pendant environ trois mois jusqu’à ce qu’il soit arrêté de nouveau. Il avait affirmé au juge s’être isolé dans un chalet des Monts-Vallin.

Après avoir plaidé coupables, les accusés de 28 et 27 ans doivent se soumettre à un rapport présentenciel avant qu’une peine leur soit imposée. Le Cannoisseur de la rue Saint-Jean avait été le troisième de quatre dispensaires fermés à Québec.

Dans la même catégorie