/regional/estduquebec/basstlaurent

La chaleur qui se fait attendre retarde la saison touristique au Bas-Saint-Laurent

Simon Gamache-Fortin | TVA Nouvelles

Le début du fort achalandage touristique est décalé de quelques semaines dans le secteur de Rimouski en raison des conditions météorologiques. Cette situation est vécue depuis quelques années avec la chaleur qui tarde à s'installer.

En contrepartie, le fort achalandage s'étire maintenant jusqu'en septembre. Les conditions estivales perdurent jusqu'au début de l'automne.

Les habitudes des visiteurs changent en raison de la météo. Le mois de septembre devient de plus en plus achalandé dans les attraits et dans les commerces touristiques du Bas-Saint-Laurent.

À l'Auberge Sainte-Luce, il n'est pas rare d'afficher complet jusqu'à la fin du mois de septembre.

«Il y a une grande différence, il y a des saisons où on était complet à la mi-mai, alors que maintenant, c’est vraiment différent. On complète vraiment à la fin juin. La température n’est pas là. [...] Au niveau de la saison, c’est très différent, le changement climatique, nous on le vit à fond», a dit Danièle Blouin, propriétaire de l'Auberge Sainte-Luce.

Au Site historique maritime de la Pointe-au-Père de Rimouski, le nombre de visiteurs est maintenant beaucoup plus important au mois de septembre qu'en juin. C'était le contraire il y a une dizaine d'années.

«L’été se décale, même au niveau de la météo. Pour nous, la saison commence de plus en plus tard, mais se poursuit jusqu’au mois de septembre. Je dirais même que nos mois de septembre sont plus beaux que nos mois de juin. Il y a une différence de plusieurs milliers de visiteurs», a indiqué Annemarie Bourassa, directrice générale adjointe du Site historique maritime de la Pointe-au-Père.

Les commerçants voient de plus en plus de petites familles en visite pour de longues fins de semaine au mois de septembre à Rimouski.

Défi de la main-d'œuvre

Cette saison touristique qui s'étire a des impacts au chapitre de la main-d'œuvre. Le retour à l'école des étudiants du collégial ou de l'université vers la fin du mois d'août pose un défi aux entreprises touristiques.

La demande de personnel augmente avec la hausse de la fréquentation touristique au mois de septembre.

«C’est évident que ça crée un enjeu de main-d’œuvre parce que les étudiants qui sont au Cégep et à l’université sont repartis pour commencer leurs cours. Nous, on a la chance à Rimouski d’avoir le cégep et l’université. Donc, certains étudiants continuent de travailler à temps partiel en début de saison», a ajouté Martin Beaulieu, directeur général de la SOPER.