/news/society

La grande séduction pour de futurs médecins au Bas-Saint-Laurent

Vanessa Limoges | TVA Nouvelles

 - Agence QMI

C’est la grande opération séduction cette semaine au Bas-Saint-Laurent pour convaincre de futurs médecins de choisir la région. Quatorze étudiants en médecine de l’Université de Sherbrooke visitent les hôpitaux et les attraits de la région depuis déjà cinq jours dans le but de savoir s’ils pourraient s’y plaire.

«Au début, dans l’autobus, quand on s’est rendu compte qu’on avait moins de réseau [sur notre cellulaire], on se posait des questions. On a un peu des préjugés, des idées préconçues sur la région et là, on arrive ici et on a droit à un super accueil, les installations sont incroyables», a lancé Élisabeth L’Heureux, étudiante en médecine à l’Université de Sherbrooke.

Le but ultime de ce périple de sept jours, c’est que les étudiants, âgés entre 18 à 27 ans, choisissent de venir faire leur résidence en médecine de deux ans dans la région.

«Souvent, lorsqu’ils font leur deux ans ici, ils ont le goût de rester», a dit Martin Poirier, agent de migration pour l'organisme Place aux jeunes.

Ces séjours exploratoires initiés par l’Université Laval existent depuis déjà quatre ans.

«À l’université Laval, on s’est rendu compte qu’il y avait moins d’étudiants qui choisissaient les installations en région. Ils se sont demandé si c'était une méconnaissance de la région ou un désintérêt, mais en faisant des sondages à l’interne, ils se sont rendu compte qu’il y avait un intérêt», a souligné M. Poirier.

Pour la première fois cette année, ce sont des étudiants de l’Université de Sherbrooke qui prennent part à ce séjour exploratoire.

«C'est vraiment dans les prochaines années que l'on verra les retombées, mais selon mon expérience, ce genre d’activité est toujours gagnant. [...] Les étudiants réalisent que même si nous ne sommes pas à Québec ou encore à Montréal, nous avons plusieurs spécialités et de belles installations», a expliqué la directrice de l'enseignement médical pour le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, Diane Comeau.

La relève que peut générer ces séjours exploratoires est plus que bienvenue dans la région, alors que d’ici 2020, au Bas-Saint-Laurent, il y aura 19 postes de médecins à combler en médecine générale et 22 en médecine spécialisée.

Dans la même catégorie