/news/law

Canada Alpin s'entend à l'amiable avec trois victimes de Bertrand Charest

Agence QMI

Pierre-Paul Poulin / Le Journal

Canada Alpin a annoncé, mardi, s'être entendu à l'amiable avec trois victimes d'agressions sexuelles commises par l'ancien entraîneur de ski alpin Bertrand Charest.

À LIRE ÉGALEMENT

Bertrand Charest en appel pour diminuer sa condamnation

Trois victimes de Charest poursuivent pour 1,35M$

Le 12 décembre dernier, les anciennes skieuses de l'équipe nationale canadienne Geneviève Simard, Gail Kelly et Anna Prchal avaient déposé une poursuite au civil contre Canada Alpin, qu'elles accusaient d'avoir fait preuve d'aveuglement volontaire vis-à-vis des crimes commis par Charest, qui a agressé des athlètes sous sa supervision pendant les années 90.

Chacune des trois anciennes athlètes réclamait un dédommagement de 300 000 $ pour les abus physiques, psychologiques et sexuels qu’elles ont subis, ainsi que 150 000 $ en dommages punitifs.

«Nous sommes parvenus à un règlement à l'amiable de la poursuite qui est satisfaisant pour les deux parties», a annoncé Canada Alpin par communiqué, sans dévoiler les modalités de l'entente.

Des excuses

Par ailleurs, Canada Alpin a réitéré ses excuses et reconnu ses torts dans sa gestion du dossier Charest. «Nous croyons qu'il est important de reconnaître qu'au lieu de fournir du soutien lorsque l’abus a été découvert, Canada Alpin s'est d'abord préoccupé de son propre sort, et non de celui des victimes. Nous en sommes profondément désolés», a écrit l'organisme.

Le gestionnaire des programmes d'élite en ski alpin au pays a aussi rappelé avoir pris plusieurs mesures pour mieux protéger les athlètes. Celles-ci incluent notamment une politique de tolérance zéro pour les relations sexuelles entre athlète et entraîneur, un code de conduite pour les entraîneurs et une politique faisant en sorte qu'un entraîneur ne peut se trouver seul à seul avec un athlète de moins de 18 ans.

L'entente conclue avec les trois skieuses prévoit d'ailleurs que Canada Alpin doit poursuivre ses efforts «pour que toute expérience sportive soit exempte d’abus physique, émotionnel et sexuel et de harcèlement», a précisé l'organisme.

Geneviève Simard, Gail Kelly et Anna Prchal avaient accepté de lever le voile sur leur identité en juin 2018 pour réclamer des changements dans le monde du sport. Elles avaient alors clamé que Canada Alpin avait tenté de les faire taire lorsqu'elles avaient dénoncé les agressions commises par Bertrand Charest à leur endroit.

Ce dernier a été condamné à 12 ans de prison en décembre 2017 après avoir été trouvé coupable de 37 chefs d’exploitation et d’agression sexuelle sur neuf ex-athlètes de l’équipe Laurentienne et de l’équipe canadienne féminine junior.

Dans la même catégorie