/news/society

Les Québécois demeurent les champions de l'observation d'ovnis

Agence QMI

3D UFO over the mountains

kolbass - stock.adobe.com

Après une année record en 2017, les Québécois sont parvenus à maintenir leur titre de champions de l'observation d'objets volants non identifiés au pays en 2018, démontre un rapport de l'organisme Ufology Research ramené dans l'actualité à l'occasion de la journée mondiale des ovnis, mardi.

Qu'ils aient fait part d'un étrange vaisseau d'une dizaine de mètres de diamètre aperçu à Val-David ou trois objets en forme de cigares aperçus au-dessus de Montréal, des Québécois des quatre coins de la province ont multiplié les signalements de formes, de lumières et d'objets énigmatiques aperçus dans le ciel au cours de la dernière année.

En effet, sur les 931 signalements compilés à la grandeur du pays pour Ufology Research, pas moins de 382 provenaient du Québec, soit 41 % du total. Un nombre impressionnant, considérant que la province n'abrite que 22,6 % de la population du pays.

À eux seuls, les Montréalais ont signalé par moins de 84 ovnis, ce qui fait de la métropole la ville où ont été observés le plus d'objets volants mystérieux, tout juste devant Toronto (82).

Environ 5 % de toutes les observations ont finalement été classés comme étant inexpliqués, a précisé Ufology Research.

Le nombre d'ovnis signalé au pays a d'ailleurs chuté d'environ 15 % entre 2017 et 2018. Lors de la précédente compilation réalisée par Ufology Researsh, l'organisme manitobain avait dénombré 1101 observations, dont 47 % avaient été réalisées au Québec.

Une nouveauté au Québec

Le coordonnateur de l'organisme, Chris Rutkowski, a expliqué, dans un courriel adressé à l'Agence QMI, que la propension des Québécois à signaler des observations d'ovnis est plutôt récente. En effet, en 2013, les habitants de la Belle Province étaient à l'origine de seulement 8 % des cas recensés au pays, contre 10 % il y a un quart de siècle.

«Le nombre de rapports d'ovnis fluctue entre les provinces et d'une année à l'autre», a rappelé M. Rutkowski.

«Dans les dernières années, plusieurs organisations d'observations d'ovnis au Québec ont été présentes dans les médias et auprès du public. Cela a certainement affecté les nombres régionaux», a poursuivi le spécialiste en guise d'hypothèse pour expliquer les données québécoises.

Question de souligner la journée mondiale des ovnis, M. Rutkowski a suggéré quelques destinations canadiennes sur son blogue, incluant la piscine qui trône sur le toit de l'Hôtel Bonaventure. En effet, le 7 novembre 1990, plusieurs personnes avaient aperçu un objet illuminé de jaune et de vert flottant au-dessus de l'édifice, une histoire célèbre dans le milieu des amateurs d'ovnis canadiens.

Dans la même catégorie