/regional/montreal/montreal

5 nouvelles stations de métro prévues en 2026

TVA Nouvelles et Agence QMI

Le fédéral octroie 1,3 milliard de dollars au prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal vers Anjou. Le projet comprend 5 nouvelles stations sur 5,8 km, 2 terminus d'autobus et 1 stationnement incitatif de 1200 places. La mise en service prévue est 2026.

«C'est un grand jour pour Montréal et surtout pour les Montréalais. En investissant dans le prolongement de la ligne bleue, nous faisons une vraie différence dans la vie des familles, tout en créant de bons emplois et en faisant de Montréal une ville plus verte. Notre gouvernement travaille fort pour appuyer des projets comme celui-là - des projets qui améliorent nos communautés - d'un bout à l'autre du pays», a souligné le premier ministre Justin Trudeau.

 

La ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Mme Chantal Rouleau, souligne les investissements de plus de 1,3 G$ confirmés aujourd'hui par le gouvernement fédéral pour le prolongement de la ligne bleue.

Cette participation financière permettra au gouvernement du Québec de boucler le financement global du projet, dont les coûts seront précisés dans le dossier d'affaires, conformément à la Directive sur la gestion des projets majeurs d'infrastructure publique du Québec.

«Le travail rigoureux mené par nos équipes et nos partenaires vise à assurer que le prolongement de la ligne bleue est mené efficacement en vue d'une mise en service du tronçon prolongé en 2026. Le bureau de projet mis en place par la STM a déjà réalisé plusieurs livrables importants et la prochaine année nous permettra de poursuivre nos travaux devant mener à l'approbation du dossier d'affaires. Nous saluons donc l'annonce d'aujourd'hui, qui permet à ce projet d'envergure de franchir un pas de plus», assure Philippe Schnobb, président du conseil d'administration de la STM.

Toujours rien du provincial

La ministre déléguée aux Transports Chantal Rouleau était sur place lors de l'annonce pour représenter Québec, et a dit qu’elle «ne pouvait que se réjouir» de la contribution d’Ottawa, sans pouvoir chiffrer le montant que son gouvernement investira dans le prolongement.

 

«Nous, notre engagement c’est d’aller de l’avant. On ne veut pas prendre toute la facture c’est certain. Je ne peux pas dire quel est le montant final aujourd’hui, ce n’est pas possible», a expliqué la ministre.

Coûts incertains

Le prolongement de la ligne bleue, initialement chiffré à 3,9 milliards $, devrait plutôt coûter 4,5 milliards $, selon des estimations plus récentes. C'est notamment cette incertitude entourant les coûts totaux qui empêcherait Québec d'annoncer un montant.

Le dossier d'affaires, dont le dépôt est prévu en 2020, devrait permettre d'y voir plus clair. «Il y a encore du travail à faire pour raffiner les détails du projet. Avec cette annonce aujourd’hui, on peut confirmer ce qu’on avait entamé il y a à peu près un an et demi lorsqu’on a annoncé le projet», a affirmé M. Trudeau.

Une fois la facture totale connue, les deux paliers de gouvernement pourraient d'ailleurs «rediscuter» des contributions, a souligné Mme Rouleau. «Lorsqu’on aura l’ensemble des coûts, dans l’entente provinciale et fédérale, il y a des coûts qui sont admissibles pour le gouvernement fédéral auxquels ils contribuent.»

De son côté, Gaétan Barrette, le porte-parole libéral en matière de transports, juge «énormément» décevante l’«attitude» de Québec et «le manque d’informations» transmises par le gouvernement. «À l’étape où on est, on se serait attendus à ce qu’elle divulgue les estimations de coûts. La CAQ a choisi de se cacher et de ne pas être transparente avec la population québécoise qui paye ces projets», a-t-il dit.

«Enfin»

Selon le premier ministre Trudeau, l’extension de la ligne bleue est une «réalité qui enfin va voir le jour».

Les stations devraient être mises en service en 2026 si tout va de l'avant comme prévu.

«Les fonds annoncés aujourd’hui nous permettront également de construire de nouveaux stationnements près des nouvelles stations et deux nouveaux terminus d’autobus», a-t-il indiqué.

Un bureau de projet à la Société de transport de Montréal (STM) planche déjà depuis plusieurs mois sur les étapes préliminaires à la construction des cinq nouvelles stations, a rappelé la société de transport, qui dit saluer le soutien des deux paliers gouvernementaux.

Le projet de prolongement de la ligne bleue prévoit:

•5 nouvelles stations de métro accessibles sur une longueur de 5,8 kilomètres;


•2 terminus d'autobus et 1 stationnement incitatif de 1 200 places;


•1 tunnel piétonnier souterrain assurant le lien avec le futur SRB Pie-IX;


•des projections de 17 100 nouveaux usagers sur la ligne bleue;


•le transfert modal de 5 300 personnes de l'auto vers le métro, soit une réduction de 24,6 tonnes de gaz à effet de serre par période de pointe du matin


•Le dépôt du dossier d'affaires est prévu en 2020 et le début des travaux, en 2021.


•Le prolongement de la ligne bleue s'inscrit dans le premier axe d'intervention de la Déclaration du gouvernement du Québec et de la Ville de Montréal pour revitaliser l'Est de Montréal. Cet axe comprend plusieurs projets pour favoriser une mobilité durable et intégrée dans ce secteur de la métropole.

- avec la collaboration de Béatrice Roy-Brunet