/finance/homepage

Le taux de chômage au Québec s’établit à 4,9 % en juin

Agence QMI

Collaborating on a design

bernardbodo - stock.adobe.com

Le taux de chômage au Québec s’est établi à 4,9 % en juin et l’emploi a peu varié dans la province, a fait savoir vendredi Statistique Canada.

Selon l’agence fédérale, à 4,9 %, le taux de chômage égale ainsi le niveau le plus bas en 43 ans enregistré en avril. Au mois de mai, il s’était légèrement élevé à 5 %.

En analysant les données, l'Institut de la statistique du Québec note que tant l'emploi à temps plein (+5300) que celui à temps partiel (-3600) ont effectivement peu varié. L'emploi augmente dans le secteur privé (+11 200), change peu dans le secteur public (+300) et recule chez les travailleurs indépendants (-9900).

Par rapport à 12 mois plus tôt, l'emploi dans la province a augmenté de 68 000 (+1,6 %), la hausse étant entièrement survenue dans le travail à temps plein.

Notons par ailleurs que dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, le taux de chômage est passé de 3,8 % en janvier à 2,4 % en juin, soit le plus faible taux au Canada, selon ce qu’indique Émile Émond, économiste à Québec international. Ce dernier souligne que «cette diminution, liée à la croissance de l’emploi supérieure à celle de la population active, est un indicateur clair que la rareté de main-d’œuvre continue de sévir dans la région».

Augmentation du taux de chômage à l'échelle canadienne

Au pays, le taux de chômage a augmenté de 0,1 point de pourcentage pour s'établir à 5,5 % essentiellement à cause d'un nombre accru de personnes à la recherche de travail. L’emploi a aussi été stable avec une diminution de 2200 postes en juin.

L’économiste Joëlle Noreau de Desjardins note que le «marché du travail canadien a pris une pause en juin après avoir établi un record de création d’emplois mensuelle en avril (106 500) et un autre en mai pour le plus bas taux de chômage en 43 ans».

Elle estime toutefois que «cette accalmie était prévisible et ne constitue pas, à ce moment-ci, un signal de détérioration susceptible de changer la conduite de la Banque du Canada en regard des taux d’intérêt».

«Au cours du deuxième trimestre, l'emploi a augmenté de 132 000 (+0,7 %), et cette hausse est presque entièrement survenue dans le travail à temps plein», note Statistique Canada.