/buzz

Ivre, elle blâme le Brexit après un accident d'auto

Agence QMI

Jane - stock.adobe.com

Une Suédoise allègue que le Brexit l’angoisse au point où elle s’est mise à boire et a provoqué un accident de la circulation alors que son taux d’alcoolémie était plus de quatre fois supérieur à la limite prescrite par la loi.

Lorsqu’elle a fourni un échantillon d’haleine une fois au poste de police, la femme de 50 ans avait 107 microgrammes d’alcool par 100 millilitres d’haleine. La limite légale est de 22 microgrammes.

Elle dit craindre de perdre ses prestations en raison de la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne, un processus compliqué qui est sans cesse repoussé et a mis fin abruptement à la carrière politique de l’ex-première ministre britannique Theresa May. La nouvelle date butoir pour le divorce anglais d’avec leurs amis européens est prévue le 31 octobre dernier.

Aussi, alors que ses facultés étaient sérieusement occultées par l’alcool, le 22 février dernier dans le nord de l’Écosse, Johanna Jeppson a perdu le contrôle de son véhicule qui a terminé sa course dans un fossé de la municipalité de Kintessack.

Son avocat a indiqué en cour: «Cela s’est passé pendant une période trouble pour elle. En raison du Brexit, elle n’a pas été en mesure de solliciter des prestations, ce qui l’a obligée à chercher un emploi à temps partiel et l’a plongée dans une situation difficile avec des dettes catastrophiques», a rapporté le «Daily Mail» de Londres.

Comme elle n’est pas une citoyenne du Royaume-Uni, elle ne peut pas obtenir de prestations et si elle perd son permis de conduire, elle pourrait devenir sans-abri, selon son avocat.