/news/society

Une étude explique pourquoi les effets du cannabis varient d'une personne à l'autre

Agence QMI

Une étude de la Western University de London, en Ontario, a démonté comment la consommation de cannabis pourraient produire des effets «radicalement différents» sur le cerveau, ce qui peut expliquer pourquoi les gens peuvent aussi bien planer que de passer un très mauvais moment.

«Jusqu'à présent, on ne savait pas, quelles régions spécifiques du cerveau étaient responsables de ces effets très divergents de la marijuana», a déclaré par communiqué l’auteur principal de l'étude, Steven Laviolette, professeur d’anatomie et biologie cellulaire.

L'étude, faite sur des rats et publiée dans la revue «Scientific Reports», révèle que les effets du tétrahydrocannabinol (THC), le principal composé psychoactif du cannabis, pouvaient produire des effets «extrêmement importants» dans la région du cerveau appelée noyau accumbens, qui joue un rôle important d’un part dans le système de récompense, du plaisir, du rire, mais d’autre part, de la dépendance et de la peur.

Les effets positifs ou «hédoniques» du cannabis sur le noyau accumbens n’ont été constatés que sur les parties avant de la zone. En revanche, le THC dans la région postérieure de cette région du cerveau a produit «des effets hautement répulsifs», notamment une «augmentation des symptômes cognitifs et émotionnels liés à la schizophrénie».

«Ces résultats sont importants, car ils suggèrent pourquoi certaines personnes ont une expérience très positive du cannabis, alors que d'autres ont une expérience très négative», a déclaré Christopher Norris, postdoctorant à l’École Schulich de médecine et dentisterie de London et participant à l’étude, dans un communiqué de presse.

Les chercheurs ont déclaré que les différences entre les réponses individuelles à la marijuana sont probablement dues à la génétique, car cela peut déterminer en quoi les différentes parties du noyau accumbens sont plus sensibles que les autres.

Dans la même catégorie