/news/currentevents

Blessé à cause d'un nid-de-poule, un cycliste veut être indemnisé

TVA Nouvelles

Après avoir subi plusieurs fractures lors d'une chute à vélo, un Sherbrookois dénonce le mauvais état des routes et souhaite être indemnisé.

Jeudi dernier, la roue du vélo électrique de Steve Beauchesne est restée coincée dans un nid-de-poule de la rue Papineau, à Sherbrooke. L’homme, qui a été violemment projeté vers l’avant au moment de l’impact avec la crevasse, souffre de quatre côtes brisées, un poumon partiellement affaissé et de grosses ecchymoses, particulièrement à sa jambe droite.

L'homme de 44 ans réclame près de 700 $ à la Ville parce que son état de santé l’a obligé à s’absenter du travail durant une semaine. Le montant comprend des compensations pour son casque abîmé, son transport en taxi à l'hôpital et une perte de salaire.

«Il y en a partout [des nids-de-poule], déplore M. Beauchesne. Il faut zigzaguer. À heure de grand trafic, on n’a pas toujours le loisir de zigzaguer comme on veut. [...] Ce n’est pas tout le monde qui a de grosses roues larges sur leur vélo.»

Vélo-Québec demande aux municipalités d’être plus proactives dans le colmatage des trous dans la chaussée pour éviter que des accidents plus graves surviennent.

«Visiblement, on gère encore par crise. Je ne sais pas si ça va nous prendre un mort – je souhaite que non – [...], mais on ne devrait pas à avoir à gérer par crise quand il s’agit de pouvoir donner des conditions minimales de déplacement pour les gens à vélo, soit une chaussée en bon état», a dénoncé la PDG de l’organisme Suzanne Lareau.

Moins de 24 heures après avoir reçu la plainte, les employés de la voirie de Sherbrooke sont venus colmater les trous. Chaque année, la Ville investit près de 2,7 millions de dollars pour éliminer les nids-de-poule sur son territoire.

Dans la même catégorie